Carburant contre cannabis : le troc qui n’arrangeait pas les douanes algériennes

0
260

200 tonnes de cannabis en provenance du Maroc ont été saisi par les différents services des douanes algériennes. A l’inverse  100 véhicules de contrebandiers ont été saisis a annoncé hier, depuis Oran, le directeur général des douanes, M. Mohamed Abdou Bouderbala.

Le marché informel maghrébin se porte à merveille. Sans doute mieux que l’officies. Drogues contre carburant, médicaments, ce troc est devenu monnaie courante entre l’Algérie et ses voisins, notamment le Maroc. Le dernier bilan des douanes algériennes annoncé hier par M. Abdou Bouderbala laisse à penser que toutes les luttes et campagne de dissuasion n’arriveront pas à mettre un terme à ce commerce illicite qui trouve facilement preneur. Le bilan des douanes témoigne d’ailleurs « de l’ampleur de ce fléau dont l’Algérie fait face quotidiennement», au vu des quantités astronomiques, a indiqué le directeur général des douanes dans des propos repris par l’APS. 200 tonnes de cannabis en provenance du Maroc ont été saisis, et il faut également compter les quantités qui parviennent à circuler dans le pays.

A l’inverse la contrebande de carburant et de médicaments de l’Algérie vers le Maroc fait rage. C’est sans aucun doute le plus dramatique pour le directeur des douanes, est le fait que «ce qui sort de chez nous sont des produits nobles comme le carburant, les médicaments et autres et ce qui rentre c’est le cannabis». Pour rappel, les autorités sécuritaires ont intensifié, depuis l’année dernière, la lutte contre la contrebande du carburant qui cause, selon des responsables du Ministère de l’énergie, des dommages financiers colossaux. A ce propos, Bouderbala  dira : «Nous n’arrêtons pas de travailler en collaboration avec l’ensemble des services de sécurité pour juguler ce phénomène qui se présente sur nos frontières avec le Maroc.

Nous effectuons des actions communes et continues pour démanteler ces réseaux mafieux». Toujours dans le cadre de la lutte contre ce phénomène, le patron des Douanes indique que ses services utilisent même les véhicules puissants saisis. Pas moins de 100 véhicules tous terrains et puissants ont été saisis. Si la contrebande du carburant s’est généralisée, explique-t-il, c’est parce que les prix pratiquaient en Algérie sont attractifs par rapport à ceux des pays voisins. En dernier lieu, Mohamed Abdou Bouderbala a signalé, à propos du bilan annuel des Douanes, que les recouvrements fiscaux de l’année 2013 sont de l’ordre de «940,5 milliards de dinars, contre à 790 milliards en 2012 et 578 en 2011». Une hausse qui est le fruit d’une «meilleure maîtrise de l’assiette fiscale et de la valeur».

Elyas Nour