Les récents reportages et articles parus dans la presse occidentale ces derniers jours au sujet de l’attaque terroriste de Tiguentourine, qui a eu lieu au mois de janvier de l’année dernière, ont fait réagir les autorités algériennes.

Le porte-parole du Ministère des affaires étrangères, Amar Belani, a affirmé officiellement qu’il déplore « l’agitation tendancieuse» de certains médias étrangers. «Nous déplorons l’agitation tendancieuse de certains médias étrangers autour de l’anniversaire du lâche attentat terroriste perpétré contre le complexe gazier de Tiguentourine», a-t-il déclaré ainsi à l’APS. «Nous rejetons vigoureusement les présentations biaisées et les allégations absurdes émises par ces médias qui, de parti pris en préjugés, en viennent quasiment  à disculper les auteurs de cet odieux attentat terroriste et à faire d’une bande de criminels, sans foi ni loi, des interlocuteurs potentiels avec lesquels il y aurait matière à négociation», a-t-il encore ajouté.

Pour rappel, c’est la publication, jeudi 9 janvier d’un livre intitulé «In Amenas, histoire d’un piège», rédigé par Murielle Ravey, une infirmière urgentiste française rescapée de la prise d’otages terroriste du complexe gazier de Tiguentourine, située à In Amenas, qui a créé la polémique. Cet ouvrage est paru juste au lendemain de l’ouverture par le parquet de Paris d’une information judicaire pour «faire la lumière sur cette affaire». Il y a eu également le reportage diffusé par TF1 dans l’Emission Sept à Huit où l’armée algérienne a été accusée de « négligence » et de « manque de professionnalisme ».

Ces différentes thèses affirment effectivement qu’il y a eu une sorte de «négligence» de la part des services de sécurité algériens. Pis encore, ils sont accusés aussi d’avoir commis de dangereuses dérives dans la gestion de cette prise d’otages. Ces médias français parlent même de l’échec de l’intervention de l’armée algérienne. Ces propos ont révolé Amar Belani qui dira que l’intervention des forces de sécurité algériennes «était impérative pour sauver des centaines de vies humaines et pour protéger un site stratégique que les terroristes projetaient de faire exploser». Le porte-parole des AE a estimé que l’action «était marquée du sceau du professionnalisme et elle répond à la nécessité impérieuse de préserver la  souveraineté et l’intégrité de notre pays, qui ne saurait, en aucune manière, devenir l’otage des forces du mal et de la destruction».

«Aujourd’hui, nous ne pouvons que nous interroger sur les desseins de ceux qui veulent occulter le fait que la responsabilité des décès, qu’on a eu  malheureusement à déplorer, est entièrement imputable aux terroristes et semer le doute sur le succès d’une opération militaire, des plus complexes, qui a été unanimement reconnue par la communauté internationale comme étant la riposte la plus adaptée face à un véritable acte de guerre lâchement commis contre un Etat et un peuple qui resteront intransigeants face au terrorisme», a-t-il conclu en dernier lieu.

 

Elyas Nour