L’Algérie sera représentée à Washington les 5 et 6 août prochain lors du sommet USA-Afrique. Le président américain Barack Obama a convié l’Algérie à y participer 

Ce premier sommet américano-africain réunira le président Obama avec les chefs d’Etat de 47 pays africains sur les 54 que compte le continent,  a précisé le porte-parole de la Maison-Blanche, M. Jonathan Lalley à l’APS,Les pays africains invités à ce sommet, sont l’Algérie, l’Afrique du Sud, l’Angola, le Bénin, le Botswana, le Burkina Faso, le Burundi, le Cameroun, le Cap Vert, les Comores, la République du Congo, République démocratique du Congo, la Côte d’Ivoire, le Djibouti, l’Ethiopie, le Gabon, la Gambie, le Ghana, la Guinée, la Guinée équatoriale, le Kenya, le Lesotho, le Liberia, la Libye, le Malawi, la Mali, la Maroc, l’île Maurice, la Mauritanie, le Mozambique, la Namibie, le Niger, le Nigeria, l’Ouganda, le Rwanda, le Sao Tomé-et-Principe, le Sénégal, les Seychelles, la Sierra Leone, la Somalie, le Sud-Soudan, le Swaziland, la Tanzanie, le Tchad, le Togo, la Tunisie et la Zambie.

Les seuls pays africains exclus de ce premier rendez-vous américano-africain sont ’’ceux qui n’ont pas de bonnes relations avec les Etats-Unis ou sont suspendus de l’Union africaine’’, a fait savoir la même source, à savoir l’Egypte, Erythrée, Guinée-Bissau, Madagascar, République centrafricaine, Soudan du Nord et le Zimbabwe. C’est donc bon signe pour l’Algérie dont l’invitation à ce premier sommet international prouve la bonne entente avec les Etats-Unis, et son influence sur le continent africain.

En revanche on ne sait pas encore qui se rendra à ce sommet pour représenter le pays, si l’Algérie accepte d’y participer, étant donné qu’entre temps  se dérouler l’élection présidentielle 2014, qui permettra d’élire un nouveau chef d’Etat.

La rédaction avec APS