S’il est un personnage influent en Algérie, Saïd Bouteflika n’a pas forcément de pouvoir à l’étranger notamment au Maroc où la famille Bouteflika a vécu pendant plusieurs années.

Le frère cadet du président de la République, qui gère le patrimoine familial du coté de Oujda, à l’Est marocain, tout près des frontières algériennes, a perdu une affaire judiciaire qui consiste à tenter de récupérer un appartement familial. Mais la justice marocaine en a décidé autrement.

Selon le journal régional marocain El Hadath Acharki, la famille de Bouteflika n’est pas parvenue à faire expulser une femme marocaine qui squattait jusque-là une maison qui lui appartient dans cette ville de l’Est marocain. L’affaire était déjà passée par la justice. La première demande d’expulsion avait fait l’objet d’un refus d’enregistrement de la plainte, celle-ci ayant été introduite par le consulat d’Algérie alors qu’elle est considérée comme une affaire privée.

La demande a été déposée une seconde fois par M. Saïd Bouteflika. « La justice marocaine a estimé que la personne louant le logement étant en possession d’un contrat de location et réglant ses loyers régulièrement n’était pas, par conséquent, susceptible de faire l’objet d’une mesure d’expulsion. », rapporte de son coté le Soir d’Algérie qui cite une source marocaine. Visiblement, les Bouteflika, nostalgiques de leur ville de naissance, n’arrivent pas à récupérer leur bien immobilier. La Justice marocaine n’apportera-t-elle pas à cette affaire un traitement politique notamment en cette période où les relations entre les deux pays vont de mal en pis ?

E. W.

 

Notez cet article