La sélection algérienne, messieurs, de handball a remporté hier soir, à la salle Harcha, à Alger, la Coupe d’Afrique des nations (CAN) de la discipline, en s’imposant, en final, face à la meilleure équipe africaine, la Tunisie (25 – 21).

Au-delà du sacre continental en lui-même, l’Algérie, s’est, par la même occasion, qualifiée au Mondial de handball, prévu en 2015 au Qatar. Pourtant, au départ, les choses n’étaient pas si évidentes. On s’en souvient, il y a plusieurs mois, la Fédération algérienne de handball (FAHB) était traversé par une crise qui a duré près de trois ans. Des problèmes qui ont même conduit à l’arrêt du championnat, boycotté par plusieurs clubs, pendant deux saisons.

Le bureau exécutif, géré à l’époque par Djafer Aït Mouloud, de la JSK, voulait augmenter le nombre de clubs de la division «Une». Ce qui n’a pas été du goût de certaines équipes, notamment les plus en vue, comme le GSP (Groupement sportif pétrolier), ex-MC Alger, qui y ont vu une manœuvre électoraliste en vue d’augmenter le nombre de voix. La préparation de cette CAN était mise de côté. L’année dernière, l’ancien Ministre Aziz Derouaz, est élu président. Il déclare vouloir se désister de cette organisation, pour lui, l’équipe nationale n’était pas prête pour jouer le premier rôle. Sa décision lui vaut rapidement un remplacement, Said Bouamra lui succède et relève ce défi. Pour dire que cette victoire de l’EN est une véritable prouesse. Initialement, l’objectif fixé pour le staff technique, dirigé par le duo Zeguili – Khlaifia, était de se retrouver parmi les trois premiers afin de se qualifier au Mondial (les trois premiers participeront à la Coupe du Monde). Mais nulle question du titre. Les Algériens savaient bien que la Tunisie était plus puissante. Finalement, le gardien Slahdji et ses coéquipiers se sont imposés lors de toutes les rencontres qu’ils ont disputé. Ils ont battu une Tunisie prédestinée pour le sacre.

Elyas Nour