Le Directeur de l’Information de la Télévision publique, ENTV, Amar Bouacha, a été relevé de ses fonctions par le DG de l’entreprise, Toufik Khelladi, apprend-t-on de bonnes sources.

Le responsable de la télévision publique fait ainsi les frais de la diffusion d’images humiliantes et pathétiques du président de la République lors de la signature de la Loi de Finances. Les téléspctateurs ont découvert un chef de l’Etat très affaibli, le visage fatigué. Ce qui a suscité des remous du côté du Boulevard de Martyrs. Bouacha a été remplacé par Nadir Boukabes, qui occupait déjà ce poste auparavant.

Mais selon des observateurs, ce limogeage a d’autres raisons. Il s’agit notamment de l’affaire de manipulation d’images par l’ENTV lors de la visite algéroise de Jean-Marc Ayrault. La chaine française, Canal+, avait, en effet, diffusé des images d’un chef de l’Etat incapable de faire bouger sa main droite. Alors que sur l’ENTV, la main de Bouteflika avait pivoté à huit reprises.

« Le directeur de l’info est viré parce qu’on lui reproche de ne pas avoir envoyé le montage diffusé sur l’ENTV mais des rushs (comme c’est la règle) », a commenté Malik Aït-Aoudia, spécialiste des médias sur sa page Facebook. « Comme le virer après ce « couac » aurait été reconnaître une manipulation, on fait semblant de lui reprocher la couverture du Conseil des ministres pour le sanctionner quelques jours après », a encore commenté le réalisateur algérien de documentaire. Cette manipulation de l’image a fait beaucoup de bruits sur les réseaux sociaux. Même les journaux algériens en ont largement parlé. Et la polémique n’est pas prête de s’essouffler.

Akli Ouali