L’Algérie demande à ses concessionnaires de véhicules de désormais commercialiser uniquement les véhicules dotés de systèmes de sécurité.

Une circulaire du ministère du Commerce exigeant la vente uniquement de véhicules dotés d’instruments de sécurité, comme les airbags et de système ABS de freinage, a été décidée mardi.

La décision devra être appliquée dès le début de cette année. Conséquence : certains modèles de véhicules prisés par les Algériens seront interdits à la vente. Il s’agit notamment de la Maruti et d’autres modèles de Hyundai.

Autre décision importante dans le secteur de l’automobile, les concessionnaires seront obligés de vendre uniquement une seule marque de voitures. Les concessionnaires multi-marques devront donc choisir entre les marques qu’ils vendent.

Le gouvernement a également décidé, par le biais de la loi de Finances, que les importations de véhicules devront être effectuées uniquement par les concessionnaires.

Cette série de mesures sont adoptées au moment où les ventes de véhicules neufs ont chuté de près de 25% durant l’année écoulée. Cette chute brutale est due essentiellement à la chute des épargnes des ménages, qui ont connu une baisse en 2013. En 2012, la vente de véhicules avait connu une hausse vertigineuse de 50% provoquée notamment par d’énormes augmentations salariales dans la fonction publique. Conséquence de cette baisse des ventes, les prix des voitures connaissent actuellement une baisse très sensible. De quoi relancer le marché de l’automobile algérien ?

 

E. W.