Revue de Presse. Élections présidentielles : le corps électoral sera convoqué à la mi-janvier

0
104

La convocation du corps électoral pour les présidentielles d’avril prochain aura lieu à la première quinzaine du mois en cours. L’information a été rendue publique hier par le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, M. Tayeb Belaïz, lors d’un point de presse organisé hier en marge de sa tournée algéroise.

Le ministre de l’Intérieur a évité de s’étaler sur la question. Il s’est seulement contenté de dire qu’une fois que le corps électoral est convoqué, la machine électorale sera mise en marche. Pour Tayeb Belaïz, toutes les conditions sont réunies pour être au rendez-vous d’avril prochain. Par ailleurs, l’autre sujet que le premier responsable du département de l’intérieur a longuement commenté a trait aux événements de Ghardaïa. Selon lui, «un net retour au calme a été enregistré depuis quelques jours.

Pour preuve, plus de 75% des commerces ont ouvert et 25% autres le seront sans aucun doute incessamment». Pour Tayeb Belaïz, «le gouvernement suit avec beaucoup d’attention l’évolution de la situation et les discussions engagées avec les représentants des deux communautés ne tarderont pas à porter leurs fruits». C’est dans cette optique, qu’il dira «qu’une charte d’entente, de pardon et de tolérance sera paraphée par les représentants et notables des deux parties».

«Le groupe de travail, présidé par le secrétaire général du ministère de l’Intérieur et ancien wali de Ghardaïa, m’a fourni ce matin plusieurs informations sur des commerçants n’ayant pas repris leurs activités», a précisé le ministre, soulignant que ces derniers «se trouvent dans le quartier du Ksar et appellent à davantage de sécurité».

La commission de sécurité s’est réunie ce matin avec le secrétaire général du ministère de l’Intérieur et ces commerçants, «et pourront peut-être parvenir à renforcer la sécurité et à rouvrir le reste des commerces », a-t-il dit.

«Concernant les écoles et la rentrée scolaire, 75% des élèves ont repris le chemin de l’école jusqu’à hier (dimanche, ndlr)», a affirmé le ministre, précisant qu’«un nombre important de parents au niveau de ce quartier exige la garantie de davantage de sécurité aux élèves».

Lire la suite sur Le Soir d’Algérie