C’est une véritable tragédie. Mebrek Amirouche, 38 ans, commerçant, kidnappé vendredi dernier par une bande de criminels non encore identifiés, a été retrouvé mercredi matin mort dans un oued dans  la région d’Agouni Gh’rane, daïra des Ouadhias, wilaya de Tizi Ouzou. 

C’est le groupement  de wilaya de la Gendarmerie nationale qui a révélé cette triste nouvelle. Toute la région de Tizi-Ouzou est sous le choc alors que les habitants ont tenté de se mobiliser des jours durant pour secourir cet infortuné commerçant dont les ravisseurs ont réclamé à sa famille comme condition sine qua non à sa libération une rançon de 300 millions de centimes. Et comme la famille de la victime ne pouvait guère payer une telle somme onéreuse, les criminels ont mis à exécution leurs menaces.

Selon les gendarmes, le corps de Mebrek Amirouche, 38 ans portait des blessures  causées par une arme blanche. Ce qui signifie qu’il a été exécuté froidement et sauvagement. Ce crime abject relance plus que jamais le débat sur l’ampleur inquiétante que prend le phènomène du kidnapping des personnes en Kabylie. Des organisations criminelles ambitionnent désormais de prospérer grâce à ce trafic. Aujourd’hui, des mesures urgentes s’imposent pour lutter contre les bandes mafieuses qui font régner la terreur dans cette région située à peine à 100 Km de la capitale Alger. Faute de quoi, un sentiment général d’insécurité va mener toute la Kabylie vers l’abîme.