D’après certains observateurs et les dernières déclarations du président de la Fédération algérienne de football (FAF), Mohamed Raouraoua, au forum Dzaïr Tv, la FAF et son sélectionneur Vahid Halilhodzic sont au bord du divorce. Comment en est-t-on arrivé là ? Retour sur les trois derniers mois de la relation houleuse entre coach Vahid, la FAF et les journalistes sportifs algériens.

Burkina Faso-Algérie : les premiers dérapages de Halilhodzic

L’histoire commence après le match barrage aller Burkina Faso-Algérie, à Ouagadougou le 12 octobre dernier, comptant pour la qualification au Mondial 2014. Au cours de la conférence de presse, Vahid Halilhodzic accuse l’arbitrage et va même plus loin, en affirmant que celui qui paye le match et corrompt l’arbitre remporte la partie en Afrique. Pour rappel, sur le banc de touche, l‘entraîneur national est fou furieux et a même failli agresser l’arbitre de touche parce qu’il a sifflé, selon lui, un penalty imaginaire, alors que les deux formations se trouvaient à 2 partout. Le penalty a donc donné la victoire au Burkina Faso. Grâce à l’intervention de Mohamed Raouraoua, président de la FAF, le coach bosniaque évite la sanction et d’être suspendu au match retour à Blida. Il s’en tire avec une simple amende. Mais Vahid Halilhodzic récidive et s’attaque cette fois à la FIFA, la plus haute instance de football. Il critique la FIFA car c’est elle qui désigne les arbitres. Mohamed Raouraoua, membre de l’exécutif de la FIFA, ne peut défendre à nouveau son sélectionneur et met en garde une première fois Vahid Halilhodzic.  

 

Qualification à la Coupe du Monde 2014 : Tout va bien entre les deux hommes 

Vahid Halilhodzic et Mohamed Raouraoua unis après la victoire de l'Algérie contre le Burkina Faso 1 à 0 à Blida, le 19 novembre 2013.
Vahid Halilhodzic et Mohamed Raouraoua unis après la victoire de l’Algérie contre le Burkina Faso 1 à 0 à Blida, le 19 novembre 2013.

Qualifié au Mondial 2014, le sélectionneur algérien est un héro national. Il a fait des changements osés la vielle du match, en remplaçant Lecen par Mesbah et Mbolhi par Zemamouche  et la titularisation de khoualed. Un pari qui s’est avéré gagnant puisque l’Algérie s’impose 1 à 0 à Blida contre le Burkina Faso et obtient son ticket pour le Brésil. Les relations entre Raouraoua et Halilhodzic sont au beau fixe. On les voit bras dessus bras dessous sur des images très émouvantes après le coup de sifflet final. Lors du déjeuner organisé à la Présidence, Halilhodzic laisse éclater sa joie et commence à danser devant tout les invités. 

http://www.youtube.com/watch?v=SHPS0-RZ8fk

 

Tirage au sort des poules pour le Mondial 2014 : Halilhodzic minimise les chances de son équipe

Après le tirage au sort du 6 décembre, l’Algérie figure dans le groupe H avec la Corée du sud, la Belgique et la Russie. Interrogé sur les chances de l’Algérie de sortir de sa poule, Halilhodzic créée la polémique en affirmant que les Verts sont « l’équipe la plus faible du groupe H ». Il est rappelé immédiatement à l’ordre par le dirigeant de la FAF et ses propos sont vivement critiqués par son prédécesseur, Rabah Saâdane. La prudence de Halilhodzic n’est pas du goût de tout le monde, d’autant plus que la grande majorité des observateurs algériens sont optimistes et voient l’Algérie sortir de sa poule.

 

Halilhodzic poussé vers la sortie ?

Une partie du milieu sportif ne supporte plus la franchise et les sorties médiatiques de Vahid Halilhodzic. Des journalistes et autres observateurs, qui ont pris l’habitude de remettre en question les choix du sélectionneur national depuis la Coupe africaine des nations 2013, parient déjà sur le nom de son futur remplaçant.

 

 

Le cas Halilhodzic fait beaucoup causer et divise à l’image du vif débat entre Hafid Daraji, qui prend la défense de l’actuel sélectionneur national, et Rabah Saâdane, qui attaque son successeur.

 

 

Si Halilhodzic s’est mis à dos une partie du monde footballistique perdra-t-il également la confiance du président de la FAF ? Les dernières déclarations de Raouraoua, lors du forum Dzaïr Tv, laissent penser que l’avenir du technicien bosniaque à la tête de l’équipe nationale est plus que compromis.

 

Mohamed HAOUAT