Violation du consulat d’Algérie à Casablanca : Le Maroc ne s’est jamais excusé

0
220

L’Algérie regrette l’absence d’excuse du Maroc, après la violation du consulat d’Algérie à Casablanca.

Invité de l’émission Sur le fil de Canal Algérie, le ministre des Affaires étrangères est revenu sur l’incident qui s’est produit dans le consulat d’Algérie à Casablanca, le 1er novembre dernier. Souvenez-vous, le jour où l’Algérie célébrait les 59 ans du début du déclenchement de la guerre d’indépendance, des activistes marocains avaient manifesté aux portes du consulat algérien à Casablanca, à coups de cris hostiles contre le pays voisin. L’un de ces militants s’était introduit dans l’enceinte du consulat, montant sur le toit pour décrocher le drapeau national.

Deux mois après cet événement, l’Algérie n’a toujours pas digéré ce geste inamical. « Que l’on soit d’accord ou en désaccord avec nous sur tel ou tel point, je ne pense pas que la seule manière de montrer un désaccord c’est de s’en prendre à l’emblème national », a affirmé Ramtane Lamamra, sur le plateau de Sur le fil. « Il faut que nous soyons responsables et que nous apprenions à être en désaccord d’une manière civilisée », a-t-il soutenu, précisant que les « désaccords objectifs » ne devraient pas empêcher les pays voisins de vivre ensemble et de coopérer.

La colère n’est jamais retombée puisque les Algériens s’étaient sentis blessés après le jugement laxiste de la justice marocaine vis-à-vis de l’auteur de la violation du consulat d’Algérie, qui a écopé d’une peine de deux mois de prison avec sursis.

Hollande s’excuse, Mohamed VI pas

Plus que la violation du siège consulat d’Algérie de Casablanca, la profanation de l’emblème national et un jugement relativement clément, ce qui agace le plus le ministre des Affaires étrangères est l’absence totale d’excuse du gouvernement marocain. Deux mois après les faits, le palais royal marocain se terre dans le silence le plus assourdissant. Le silence de Mohamed VI est d’autant plus remarquable que, pour moins que cela, le président français François Hollande n’a lui pas tarder à adresser des excuses officielles au peuple algérien. Devant l’émoi que sa blague avait suscité en Algérie, François Hollande avait très vite réagi, regrettant un trait d’humour déplacé. « Il ne m’appartient pas de dire ce qui relèverait du style national de chacun des pays. Un incident s’est produit également avec la France, tout le monde a pu noter les coups de téléphones, les communiqués et les excuses de ce pays. Y en a eu des excuses de la part de Rabat ? », a lancé Ramtane Lamamra. « Il y a eu des communications téléphoniques du ministre français des Affaires étrangères au ministre algérien des Affaires étrangères, du président français au président algérien, qui ont comporté des mots extrêmement importants dans les relations entre les deux pays, avec le Maroc il n’y en a pas eu », a-t-il déploré.