Plus de quarante ans après les campagnes d’essais nucléaires français sur le territoire algérien, des victimes n’ont toujours pas perçu leurs indemnités, affirme ce samedi le ministre des ministre des Moudjahidine, Mohamed Chérif Abbés.

Ce samedi, le ministre des Moudjahidine, Mohamed Chérif Abbés a réagi pour la première fois à la carte sur l’ampleur des essais nucléaires français sur le sol algérien entre les années 1960 et 1970. Longtemps classée secret-défense par l’armée française, cette carte a été déclassifiée dans le cadre de l’enquête pénale déclenchée par des vétérans des campagnes d’essais nucléaires français et a été publié hier par le quotidien régional français Le Parisien. La déclassification de ce document relance le débat sur l’indemnisation des victimes des essais nucléaires effectués par la France en Algérie. Jusque là, elle ne concernait que les populations des régions où les essais avaient été effectués.

Le document déclassifié du ministère français de la Défense sur l’opération Gerboise et les essais nucléaires dans le nord de l'Afrique, publié le 14 février par Le Parisien.
Le document déclassifié du ministère français de la Défense sur l’opération Gerboise et les essais nucléaires dans le nord de l’Afrique, publié le 14 février par Le Parisien.

En déplacement dans la wilaya de Mila, aux côtés du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, Mohamed Chérif Abbés a ainsi affirmé que le dossier de l’indemnisation des victimes des essais nucléaires français en Algérie « n’est pas clos et dépasse le cadre des personnes » car il s’agit aussi de définir les mécanismes de prise en charge de l’environnement pollué et classé comme zone interdite aux personnes. Pour l’avancée de ce dossier, le ministre s’en remet aux relations algéro-françaises. Le « débat actuel » doit se focaliser sur la recherche de « mécanismes et procédures qui permettront aux deux pays de s’entendre sur l’indemnisation que la France doit à l’Algérie ». Les autorités françaises n’ont, de leur côté, toujours pas réagi à ces nouvelles informations sur le dossier des essais nucléaires.

Réviser la loi française sur les indemnisations

Scandalisée par les révélations sur l’ampleur des essais nucléaires français en Afrique et de leur répercussion sur la santé des populations, la juriste algérienne Fatima Benbraham veut une révision de la loi sur l’indemnisation des victimes de ces tests. « La loi d’indemnisation des vétérans français exclut les populations algériennes. C’est un scandale », s’est-elle offusquée, soutenant que cette loi « doit être ouverte à toutes les victimes ». « L’armée française doit nous donner les archives et cesser de se protéger derrière le Secret-défense », a encore déclaré Me Benbraham, ajoutant, en outre, que la France « doit nous aider à décontaminer les montagnes de déchets et soutenir des programmes de soin ».

Notez cet article