Dans la longue liste des candidats à l’élection Présidentielle du 17 avril prochain, un nouvel nom pourrait s’ajouter dans les prochains jours. Mais un nom de prestige qui vaut son pesant d’or. Non, il n’est ni un homme politique ni un homme d’affaires. Il est le plus célèbre acteur en Algérie. Oui, Othmane Aliouat envisagerait de se porter candidat à cette élection qui fait d’ores et déjà beaucoup jaser. 

Plusieurs sources proches de ce candidat ont fait propager cette information qui n’a pas manqué de susciter l’intérêt des algériens. Mais est-ce un coup de bluff ou un sketch savamment orchestré qui vise à remuer le cocotier politique en Algérie. Othmane Aliouat est réputé effectivement pour sa critique virulente envers les autorités et les travers de la société algérienne. Dans ses plus célèbres films, il est toujours présenté comme celui qui tourne en dérision le système politique algérien et l’hypocrisie sociale des classes aisées et dirigeants en Algérie.

Mais que va dire et faire Othmane Aliouat s’il se déclare candidat à l’élection présidentielle ? Pour l’heure, nous n’avons que très peu d’éléments de réponse. Mais sur Facebook une page officielle a d’ores et déjà été dédiée à cet acteur talentueux et controversé qui a fait rire des générations entières d’Algériens. Dans cette même page, il est annoncé que l’acteur célèbre pour sa nervosité légendaire va s’adresser à ses fans et aux Algériens prochainement dans une vidéo qui sera diffusée sur les réseaux sociaux. S’agit-il d’une déclaration de candidature qui est en préparation ? Un des animateurs de cette page Facebook, supervisée pr l’acteur lui-même, a répondu dimanche par oui dans les colonnes du quotidien arabophone El Bilad. Reste maintenant à confirmer toutes ces informations pour déméler le vrai du faux. En attendant, Othmane Aliouat, alias Makhlouf El Bombardi, se prépare à créer un énorme buzz lui qui a déjà connu de grands succès avec ses films humouristiques lesquels sont devenus de véritables films cultes dans la mémoire collective algérienne.