La discrimination en France rebute de plus en plus les immigrés, notamment les plus compétents. Cette histoire est celle de Rédha Souilamas, et celles de tant d’autres. Ce brillant médecin lassé des préjugés sur ses origines algériennes, qui l’empêchaient d’évoluer professionnellement, a préféré quitter le pays pour les Etats-Unis. 

Après plus de 20 années de carrière dans la médecine en France, dont plusieurs dans la greffe pulmonaire  Rédha Souilamas baisse les bras. La France ne veut pas de lui, alors il l’a quitte. Ses origines algériennes ont clairement freiné sa carrière depuis son arrivée en 1989 d’Algérie. Sans relations et sans nom français, Rédha Souilamas est alors exclu des hautes sphères de la médecine française.

Lorsqu’il s’installe en France, il a déjà un doctorat en médecine, et très vite il se spécialise en chirurgie thoracique. Il réalise alors 130 greffes pulmonaires et publie une thèse et de nombreuses publications scientifiques.  Il a même réalisé en 2010 une première mondiale, « une couveuse à organe ». Il avait pourtant eu le choix entre le privé et le public, mais a préféré s’engager dans le secteur public, qui ne lui pas très bien rendu. La chaine France 3 a consacré un reportage à ce médecin exilé, dans lequel on  comprend que même les diplômes et les parcours exemplaires ne suffisent pas pour percer en France. « J’ai cherché, j’ai questionné, je n’ai trouvé aucune faute. Est-ce que l’on dit que je ne travaille pas assez, mais on ne m’empêche de travailler », explique-t-il désabusé à la télévision française. « C’est un système qui décide de vous marginaliser, car vous devenez trop compétitif « , estime le docteur Souilamas.

Dans son  livre « La couleur du Bistouri », publié en 2012 aux Editions Naïve, raconte justement son parcours semé d’embûches. Un itinéraire qui aurait presque pu être parfait si Rédha ne s’était pas appelé Rédha. Le plus triste est que son cas n’est pas isolé.  Les commentaires en dessous du reportage le prouvent . « Je suis chercheur dans la régénération des tissus humains , en France j’ai rencontré la même discrimination à cause de mes origines, en France tout le monde sait que le système est biaisé », explique un internaute qui signe sous le nom de Mohamed. Même constat pour un français d’origine marocaine : « Je suis médecin urgentiste Marocain , j’ai exercé pendant 5 ans en France , j’ai subi le harcèlement le sadisme et discrimination, à la fin j’ai choisi les USA. lhamdolilah il m’a fallu juste 5 ans pour comprendre qu’un médecin compètent étranger et maghrébin n’a aucun avenir professionnel en France. God Bless America ».

Rédha Souilamas a également dû se résigner et va immigrer une deuxième fois, mais aux Etats-Unis cette fois-ci. Il va intégrer un prestigieux institut de santé américain pour poursuivre ses recherches sur la greffe pulmonaire.