Les caisses de l’Etat Algérien sont-elles déjà vides ? Par Hassan Haddouche

0
305

 HaddouchePas  encore, mais les marges de manœuvres  dont il disposait  voici 3 ans ont déjà presque complètement disparu.

La tripartite de dimanche dernier a accouché d’une souris. En tous cas sur le terrain ou elle était le plus attendu, c’est-à-dire sur  la question des augmentations de salaires résultant de  l’abrogation du désormais célèbre article 87 bis. Au cours des dernières semaines pourtant les pronostics de l’ensemble des médias nationaux ne laissaient pas planer le doute. On annonçait sans hésiter des   augmentations de salaire « comprises entre 10 et 20% » pour plus de 2 millions de salariés. Février 2014 devait ressembler comme un frère à février 2011.  Le gouvernement, dans un contexte de campagne présidentielle et dans le cadre de la Tripartite allait  accorder, « à froid »et préventivement, ce que les émeutes de janvier 2011 et le vent des révolte des printemps arabes avait conduit l’exécutif algérien à concéder « à chaud » en matière d’augmentations de salaires et d’emplois des jeunes .

 Des contraintes financières  pour une Tripartite «sociale»

 

Ce dimanche, les choses semblaient bien parties pour aller dans la direction attendue. Le matin, le premier ministre Abdelmalek Sellal  commence par  affirmer, ainsi qu’il le fait régulièrement au cours des derniers mois, que «l’Algérie demeurera un pays démocratique et social» et ne ménagera aucun effort «pour défendre ceux qui gagnent le moins, sans toutefois créer des obstacles à ceux qui gagnent le plus en contribuant au développement de la Nation conformément à la loi». Malheureusement, il se montre presqu’aussitôt  beaucoup plus réticent que prévu vis-à-vis du projet d’abrogation de  l’article 87-bis qui semblait pourtant acquise selon les déclarations récentes du SG de l’UGTA, M. Abdelmadjid Sidi Said. Le doute  commence à s’installer….Finalement en fin d’après midi,  le communiqué  publié à l’issue de la Tripartite confirme ce qu’on pressentait. Il indique que   « la revendication portée par l’UGTA concernant l’article 87-bis a fait l’objet d’un échange serein et responsable entre les différentes parties. Il a été décidé de l’abroger, et de rédiger une nouvelle définition, en concertation avec les partenaires sociaux, à la faveur de la loi de finances 2015. Le renvoi à 2015 et l’évocation d’une revendication « portée par l’UGTA » semble bien indiquer que le resserrement des contraintes financières est désormais clairement pris en compte par le gouvernement.

Que se passe t’il donc ? Tout simplement  un tournant dans la gestion des finances nationales que la plupart des commentateurs n’ont pas encore décelé. Il pourrait en gros se formuler de la façon suivante : Les caisses de l’Etat ne sont pas (encore) vides mais les marges de manœuvres  dont il disposait encore voici 3 ans ont déjà presque complètement disparu.

Le budget de l’Etat au bord de l’explosion

Pour comprendre ce qui est en jeu, il faut se reporter aux évolution les plus récentes à la fois du budget de l’Etat et de la balance des paiements extérieurs de notre pays. Le budget 2013 avait tenté, dans le prolongement des déclarations du  ministre des finances qui prônait  une «  approche beaucoup plus prudente en matière de dépenses notamment celles de fonctionnement et surtout celles relatives aux salaires de la Fonction publique où nous avons atteint le plafond », de ramener les dépenses courantes à un “niveau plus acceptable” notamment grâce à la fin des opérations du versement des rappels sur les salaires de la Fonction publique. Le maintien de la paix sociale n’a cependant  pas de prix, particulièrement dans cette période où le gouvernement a été invité explicitement à « préparer les prochaines échéances politiques ».

C’est ainsi  que les dépenses de fonctionnement projetées pour 2014 s’affichent en hausse de près de 9% par rapport à 2013 soit une croissance encore 2 à 3 fois supérieure à celle du PIB. En décembre dernier, le parlement a déjà  approuvé pour l’année en cours  des dépenses de fonctionnement de plus de 62 milliards de dollars (environ 4700 milliards de dinars) qui prendront en charge notamment la création de plusieurs dizaines de milliers de  nouveaux postes dans la Fonction publique (on parle de 10 000 policiers à recruter  pour les régions du sud du pays)  ainsi que des transferts sociaux réglés sur le mode du pilotage automatique en raison notamment du blocage des prix de nombreux produits et services soutenus par l’Etat. Le budget 2014 de l’Etat algérien c’est déjà ,en résumé,  des dépenses de fonctionnement  qui représentent près de deux tiers des dépenses publiques , un déficit nominal évalué officiellement  à 45 milliards de dollars et un prix du pétrole qui devra atteindre au moins 110 dollars en moyenne cette année si on veut éviter de commencer à puiser dans les réserves constituées depuis uns dizaine d’années.

Des chiffres qui ne prennent même pas en compte l’annonce,  intervenue en janvier 2104, de nouveaux recrutements massifs dans la fonction publique. On commence à comprendre que le gouvernement préfère attendre 2015 avant de discuter de  « 10 à 20% » d’augmentation de salaires supplémentaires…

Quand la Banque d’Algérie plombe l’ambiance

 

La situation très tendue du budget de l’Etat n’est pas la seule raison de la « prudence » manifestée désormais par le gouvernement. Publié la semaine dernière,   le  rapport  de la Banque d’Algérie pour l’année 2013 a également plombé l’ambiance. Il indique clairement  que la politique macroéconomique mise en œuvre depuis l’année 2011 a conduit en 3 ans à la disparition complète des excédents financiers  de la balance des paiements. On est ainsi passé de 20 milliards de dollars d’excédent en 2011 à 12 milliards en 2012 et, comme l’indique la  Banque d’Algérie, à une situation de « quasi équilibre » en 2013.

Les causes immédiates de cette évolution sont désormais  bien connues. D’un côté une  baisse de plus de 10% des recettes d’exportations d’hydrocarbures qui passent de 70 milliards de dollars en 2012 à un peu plus de 63 milliards l’année dernière. Un recul qui n’est d’ailleurs pas dû aux cours du baril, qui sont  restés élevés en 2013 (109,5 dollars), mais à une réduction sensible des volumes exportés ,en liaison probable avec les événements de Tiguentourine intervenus en janvier 2013, et qui semblent avoir accentué, l’année dernière, une tendance déjà à l’œuvre depuis 6 ou 7 ans. L’autre cause est une croissance des importations, qui bien que ralentie par rapport aux dernières années, est restée encore proche de 7%  en 2013. Les importations de marchandises ont ainsi dépassé 55 milliards de dollars. Compte tenu de nos importations de services, « stabilisées » autours de 10 milliards de dollars,  et de transferts de capitaux élevés réalisés essentiellement par les associés de Sonatrach, les excédents financiers quelquefois considérables  réalisés par l’Algérie au cours des dernières années ont donc  complètement fondu en 3 ans.

Dans ce nouveau contexte financier, la Banque d’Algérie a averti le gouvernement : les largesses de 2011 ne sont plus possibles. Le FMI l’a fait aussi, à la fin de l’année dernière. Ils sont loin d’être les seuls. De  nombreux économistes algériens dénoncent depuis plusieurs années, pour certains une « impasse », tandis que d’autres annoncent qu’un « iceberg »est en vue.  Un bon conseil ? Commencez à faire des économies.