Abdelaziz Bouteflika est enfin candidat à la prochaine élection présidentielle. Une semaine avant la fin du dépôt des candidatures auprès du Conseil Constitutionnel, l’actuel président se présente officiellement. Une information dévoilée par son Premier Ministre. Une première dans l’histoire de l’Algérie. Fini les déclarations devant le peuple algérien ?

Un nouveau genre, de nouvelles méthodes, Abdelaziz Bouteflika prend le risque d’étonner et même de choquer les Algériens, en laissant Abdelmalek Sellal annoncer sa participation à l’élection présidentielle du 17 avril. Abdelaziz Bouteflika a gâté le peuple cette semaine avec des instructions, des communiqués lus à la télévision nationale. Que ce soit au sujet du rôle de l’armée ou bien de la neutralité du scrutin, Abdelaziz Bouteflika a su imposer son autorité. Mais quand vient l’heure de se présenter à l’Algérie comme un candidat de l’élection de 2014. Point de discours, aucun mot, ni la moindre ligne d’un communiqué signée par notre Président de la République.

Une situation inédite pour l’Algérie et dans la carrière du Président aux 3 mandats. Il y a 5 ans, en 2009 lors de sa dernière candidature, il se levait devant un pupitre et face à toute la nation algérienne pour se déclarer le candidat du peuple. « Il y a de cela dix années, en avril 1999, le peuple algérien a décidé de m’honorer de sa confiance, et il m’a renouvelé ce mandat en avril 2004. Je tiens à dire, encore une fois, ma profonde reconnaissance à ceux et à celles qui m’on fait cet honneur, dans le cadre de choix démocratiques, pluralistes et souverains » avait-il déclaré devant la nation entière, dans ce discours diffusé par la télévision nationale.

 Abdelaziz Bouteflika était alors âgé de 71 ans, mais avait encore gardé une certaine vigueur et prestance. Il avait encore les atouts de convaincre son électorat. Mais maintenant ? Le Premier Ministre évoque furtivement la candidature du Chef de l’Etat lors d’une réunion autour des questions écologiques depuis Oran.

En 2004, Abdelaziz Bouteflika fort de son premier mandat était également présent physiquement. Le 22 février 2004 depuis l’hôtel El Aurassi devant tous ses soutiens politiques et de la société civile, il annonce son intention de devenir candidat.

Il  enchaîne par la suite des meetings, lors d’une campagne électorale soutenue, face à un public en liesse.



Pour l’élection présidentielle de 1999, Abdelaziz Bouteflika, pourtant après une traversée du désert politique durant laquelle il n’a occupé aucune fonction au sein de l’Etat, annonce sa candidature en décembre 1998. Il se présente en avance et n’attend pas les derniers délais pour se déclarer candidat « indépendant » lors de l’élection présidentielle anticipée. Lors de ses précédentes  annonces de candidature Abdelaziz Bouteflika était galvanisé par ses soutiens, notamment les marches populaires qui lui demandaient de se présenter. Cette année il n’a que ses soutiens politiques, et une partie de l’armée, mais pas d’engouement au sein du peuple algérien qui doute de ses capacités physiques à assurer durant encore 5 années.

Abdelaziz Bouteflika a peut-être séché l’épreuve de présentation de candidature cette fois-ci mais il devra bien se présenter face aux Algériens s’il veut convaincre. Est-ce la fin des belles années du Président, qui avait habitué l’Algérie à ses discours enflammés. Devrons-nous nous contenter de photos du Président accompagnées d’un communiqué.

Ses électeurs s’attendent à une preuve, un signe de leur Président qui semblait si affaibli cette dernière année. Même s’il est élu sans faire campagne, grâce à son bilan, ses soutiens, la Constitution algérienne exige que le Président prête serment devant le peuple algérien. Abdelmalek Sellal ne pourra pas jouer l’intérim cette fois-ci.

Notez cet article