Les scandales continuent d’ébranler la scène politique algérienne et le sommet de l’Etat à deux mois de l’élection présidentielle. Cette fois-ci, c’est un général à la retraite, le fameux général Hocine Benhadid, l’ancien commandant de la mythique 8e Division blindée, qui a lancé de dangereuses accusations contre Saïd Bouteflika, le frère du Président de la République, et Ahmed Gaïd Salah, le chef de l’Etat-major de l’armée algérienne.   

«C’est Saïd Bouteflika qui gère le pays et donc son seul adversaire est le DRS. Tout le monde est à plat ventre devant Saïd, les ministres, les walis, la police, les hauts responsables… Il gère via le téléphone de la Présidence, donc les gens obéissent», s’est indigné clairement ce général dans un entretien accordé aux quotidiens El Watan et El Khabar. Pour le général Hocine Benhadid, Ahmed Gaïd Salah soutient Bouteflika et son frère qui prennent le pays en otage et s’arrogent tous les pouvoirs.

D’autre part, Hocine Benhadid a révélé qu’il existe aussi une véritable tension entre le DRS et le chef d’état-major et le DRS. « Le chef d’état-major n’a aucune crédibilité et personne dans l’armée ne le porte dans son cœur. Ils ont juste peur de lui à cause de ses prérogatives. C’est tout. Toufik n’a aucun motif de discorde avec Gaïd-Salah, mais c’est ce dernier qui provoque le chef du DRS. Gaïd-Salah ne peut absolument rien contre Toufik. Il n’en a ni les capacités ni l’envergure. Toufik est très malin !», a averti ce général à la retraite qui n’a pas manqué de préciser qu’il est dangereux de mettre à la retraite le général Toufik car il s’agit d’une décision qui « n’est pas facile à prendre car elle peut créer des remous dans l’armée, des divisions entre pro et anti-Bouteflika, pro et anti-Toufik… »

Notez cet article