Il parait de plus en plus incertain que les autorités puissent tenir leurs promesses de livrer les logements rentrant dans le cadre du programme AADL 2 dans les délais. Après les Portugais, c’est les Italiens, autre partenaire dans ce programme, du ministère de l’Habitat, qui quittent le projet.

En effet, le quotidien arabophone «El Khabar» révèle, dans son édition du jour, que l’Algérie s’apprête à résilier le contrat liant l’entreprise publique Ecoprom à l’italien Constructionni, les deux parties étant partenaires, par joint-venture, dans l’entreprise «AICOST», auquel a été confié un lot de plusieurs centaines de logements AADL à Ouled Fayet. Selon le journal, le ministère de l’Habitat s’est rendu compte que cette entreprise italienne est dans une situation de quasi faillite. Récemment, elle a informé son partenaire algérien qu’elle ne pouvait même pas s’acquitter de la caution qu’elle devait payer en Italie.

Advertisement

Pour rappel, ce projet AADL de Ouled Fayet vise la construction de pas moins de 6.000 logements dans un délai de 24 mois et pour un montant de 13,7 milliards de dinars. Les travaux ont été confiés aux joint-ventures italienne, AICOST, et portugaise, EC-Prébuild, en plus du chinois ZCIGC, chargé lui aussi d’en construire un lot. Auparavant, EC-Prébuild a été dissoute suite à des problèmes entre les autorités algériennes et responsables de l’entreprise portugaise partenaire. Ces derniers auraient réclamé des salaires faramineux pour leurs employés.

Avec ce second départ, c’est tout le programme de Ouled Fayet qui est remis en cause. Les responsables du ministère de l’Habitat se sont-ils précipités ont signant ces contrats ? Apparemment c’est le cas. Sinon, comment expliquer le fait qu’un accord ait été signé avec une entreprise en faillite. Finalement, il est de plus en plus clair que les délais avancés ne seront pas respectés.

Elyas Nour