Mouloud Hamrouche n’est pas candidat à la présidentielle 2014

0
314

Mouloud Hamrouche vient d’annoncer ce jeudi 27 février qu’il ne participerait pas à la présidentielle. Il a éclairé les Algériens lors d’une conférence de presse donnée aujourd’hui à l’hôtel Safir. 

Mouloud Hamrouche après un bref suspens dément les intentions politiques que la presse nationale lui prêtait. Il ne faudra pas compter sur sa présence lors du prochain scrutin.  »Ces élections n’ont aucun sens.Donc je refuse de parler de boycott ou de participation.Ce serait leur donner un sens » a-t-il tout simplement expliqué à la tribune. Auparavant Mouloud Hamrouche, un ancien militaire qui a conduit les réformes politiques en Algérie, avait indiqué dans une interview accordé à El Khabar, qu’il refuserait de se présenter s’il ne se heurte « au candidat au système ».

Une non-déclaration surprenante au vu du dispositif que Mouloud Hamrouche a mis en place pour l’annoncer. Il s’est d’ailleurs excusé auprès de la presse que cette conférence de presse organisée dans un grand hôtel algérois ait été interprétée comme une déclaration de candidature.

Cet ancien chef du gouvernement et chef de file des réformateurs algériens entre 1989 et 1991, qui a lancé le pluralisme politique en Algérie représentait un candidat intéressant pour ce scrutin selon de nombreux observateurs algériens. Finalement il refuse d’être associé à ce rendez-vous électoral majeur. En plus, il n’a pas hésité à pointer du doigt le mauvais rôle que joue l’armée sur l’échiquier politique algérien. « Quand on parle de l’armée, on parle d’une institution. Cette forteresse est constituée d’hommes et de femmes. Il n’y a aucune chance d’instaurer un système démocratique sans l’aval de l’armée. Je ne demande pas un coup d’État. Je n’appelle pas l’armée à empêcher Bouteflika de se représenter. Je l’appelle à sauver l’Algérie de l’impasse « , a-t-il déclaré pour délivrer un message clair à l’attention des hauts gradés de l’armée algérienne.

Mouloud Hamrouche  a été une seule fois candidat à la présidentielle de 1999, mais depuis il n’a jamais montré un intérêt pour l’élection présidentielle.