Revue de presse. AADL : Le ministère annonce la fin des cités-dortoirs en Algérie

0
314

Lu sur Le Temps d’Algérie

Lyès Benidir, directeur général de l’Agence nationale de l’amélioration et du développement du logement (AADL), a annoncé hier sur les ondes de la Chaîne III que d’ici deux à trois mois maximum, le dossier des souscripteurs 2001-2002 sera clôturé, ce qui permettra de débuter l’étude des dossiers des 768 000 demandeurs du nouveau programme 2013, communément appelé programme AADL II.

Ainsi, il a expliqué que l’opération d’actualisation et de réactualisation des dossiers des souscripteurs 2001-2002 avait débuté le 28 janvier 2013 et que 114 548 dossiers avaient été acceptés sur un total de plus de 148 000 demandes et ce, après filtrage.

«90 000 dossiers concernent la wilaya d’Alger. 36 000 ordres de versement ont été délivrés sur tout le territoire national, dont 22 000 pour la wilaya d’Alger. Actuellement, nous recevons 3000 souscripteurs par semaine. D’ici 10 jours, nous souhaitons augmenter notre cadence et parvenir à recevoir 5000 personnes par semaine afin de prendre en charge le reste des dossiers de 2001 et démarrer ceux de 2002 qui représentent une faible part des souscripteurs, soit 35 000 dossiers», a-t-il indiqué, ajoutant que «toutes les demandes seront soumises à un second filtre qui sera introduit dans deux ans maximum. La remise des clés est elle-même conditionnée par le versement des 5% du montant du logement», a-t-il précisé.

Concernant les délais de livraison des logements, il a fait savoir que les premières délivrances devraient s’effectuer fin 2015 début 2016, d’autant que sur les 230 000 logements que comporte le programme AADL I, 100 000 sont en cours de réalisation.

Il a souligné que les délais ont été fixés à 24 voire 30 mois maximum, en fonction de la consistance du projet et que 55 000 logements étaient en cours de livraison.

«962 logements ont été livrés au niveau d’El Alaoua. Il en reste 600 au niveau d’Alger, 341 pour le site de Draria et 271 pour celui de Bellevue, dans la commune d’Aïn Benian. Concernant la ville de Annaba, le nombre est de 60 logements», a-t-il indiqué, soulignant que d’ici la fin mars ou mi avril, ces logements seront livrés sauf en cas de catastrophe naturelle,ce qui pourrait engendrer des retards.

La fin des cités-dortoirs 
Concernant la question des délais qui n’ont  pas été respectés lors de ce premier programme et loin de remettre en cause les capacités de l’outil de production national, M. Benidir a indiqué qu’il s’agissait davantage de la configuration des sites qui aurait été la source de nombreuses difficultés.

«Nous avons dû délocaliser certains sites pour des raisons techniques. Nous n’avons pas de problème de foncier. Nous disposons d’assiettes constructibles de qualité. Nous avons tout mis en œuvre afin d’éviter les scénarios de 2001-2002», a-t-il affirmé, ajoutant que l’amélioration du cadre du bâti était également l’une des priorités du ministère de l’Habitat.

«Des instructions du Premier ministre et de notre tutelle recommandent de mettre un terme aux schémas des constructions précédentes. Désormais, nous  ne pourrons plus qualifier les logements AADL de cités dortoirs. Notre credo est la mise sur pied de cités intégrées, des cités clés en main  dans lesquelles les citoyens auront à leur portée des commerces de qualité. C’est d’ailleurs dans ce sens qu’un maître d’ouvrage unique a été assigné pour la réalisation des équipements. La même entreprise aura en charge la réalisation des logements, des VRD (voiries et réseaux divers) qui ont toujours posé problèmes ainsi que des équipements. La qualité de vie y sera différente», a-t-il soutenu, ajoutant que le modèle type des constructions demeurait le même, à savoir R+5 (dans 50% des cas), R+9, (30%) et  R+15 (20%).

Les handicaps ou infirmités des demandeurs seront également pris en compte, ce qui n’était pas le cas auparavant. Sur le plan esthétique, il assure que les nouvelles constructions n’auront plus rien à voir avec le bâti actuel, qu’elles seront agréables à regarder et que de nouveaux matériaux seront utilisés.

Promotion de l’outil de production nationale 
Conformément aux nouvelles orientations préconisées par le gouvernement, M. Benidir a expliqué que la réalisation des 230 000 logements avait nécessité la publication d’une short list adressée à toutes les entreprises nationales et internationales capables de réaliser 2000 logements et plus.

Ce qui avait jusqu’ici exclu  les entreprises nationales qui sont impliquées à 90% dans la réalisation des VRD et non des logements.

Pour promouvoir l’outil de production nationale, ce responsable a annoncé la publication d’une nouvelle short list à l’adresse de toutes les entreprises capables de réaliser de 400 à 2000 logements.

«Cette short list permettra à beaucoup d’entreprises nationales, privées ou publiques de se mettre en groupement avec des étrangers ou des sociétés mixtes afin d’inverser la tendance. Nous souhaitons que ces entreprises étrangères nous fassent profiter de leur savoir-faire. Et c’est dans ce sens que nous leur exigeons que 30% de la main-d’œuvre soit algérienne ainsi que la création de  centres de formation pour tous les corps de métiers du bâtiment», a-t-il annoncé.

Interrogé sur le financement de ces programmes, il fera savoir que l’ensemble du programme de réalisation des logements à caractère social a  nécessité une enveloppe d’environ 63 milliards de dollars dont 40% alloués à l’AADL.

Lire la suite sur Le Temps d’Algérie