Revue de Presse. Quand Nouak… shoote Alger

0
99

C’est hier que le Sommet des pays du Sahel s’est ouvert, à Nouakchott, en Mauritanie, avec la participation des présidents des pays du Niger, du Mali, du Burkina Faso, du Tchad et de la Mauritanie (pays organisateur), et ce en l’absence, très remarquée, de l’Algérie et de la Libye qui font pourtant partie de l’Organisation des pays du Sahel.

Que se passet-t-il entre Alger et Nouakchott ? Pourquoi l’Algérie ne participe pas au Sommet ? Et dire qu’Alger a été l’initiateur de la création de l’Organisation des pays du Sahel ? Des enjeux politiques, stratégiques et sécuritaires seraient derrière la non-invitation d’Alger par Nouakchott qui aurait choisi de s’allier à Rabat dans le cadre du dossier du Sahara Occidental.

Alger est le grand absent du Sommet des pays du Sahel qui se tient depuis hier dans la capitale mauritanienne, Nouakchott, qui enregistre la participation des présidents tchadien et malien, respectivement Idriss Deby Itno et Ibrahim Boubacar Keita, qui sont arrivés samedi soir à Nouakchott.

Le Sommet auquel les présidents mauritanien, burkinabé et nigérien prennent également part est consacré à la lutte contre le terrorisme, notamment contre Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), mais aussi au combat contre le crime organisé (trafic de drogue, d’armes et contrebande). L’Algérie n’a pas été invitée par la Mauritanie à ce Sommet, ce qui signifie que les relations entre les deux pays se sont détériorées une nouvelle fois, après l’avoir été en 2010.

A l’époque, l’Algérie avait demandé des explications à la Mauritanie après la libération de quatre dangereux terroristes détenus dans les prisons mauritaniennes, en contrepartie de celle de l’ex-otage français Pierre Camatte qui avait été enlevé par Aqmi en 2010. Cette «bavure» mauritanienne avait poussé, rappelons-le, les autorités algériennes à rappeler son ambassadeur à Nouakchott, pour protester contre la décision prise par la Mauritanie.

Aujourd’hui, quatre ans après jour pour jour, les relations entre les deux pays replongent dans le vide, d’autant que la Mauritanie a tout fait pour ne pas voir l’Algérie présente au Sommet des pays du Sahel sur son sol. Pour beaucoup d’observateurs et experts, l’absence de l’Algérie du Sommet des pays du Sahel confirme que les relations entre les deux pays ne se sont pas au beau fixe, et ce au moment où la Mauritanie s’est rapprochée des thèses du Maroc depuis 2013 concernant le dossier du Sahara occidental.

Cette position mauritanienne n’a pas été appréciée par les autorités algériennes qui, durant ces cinq dernières années, ont beaucoup aidé la Mauritanie dans sa lutte contre la pauvreté et la famine qui frappent la moitié de sa population.

En plus de l’Algérie, la Libye est, également, absente du Sommet de Nouakchott, mais pour des raisons sécuritaires internes à ce pays.

Le président libyen n’a pas effectué le déplacement à Nouakchott, car la situation sécuritaire, au lendemain de la tentative de coup d’Etat, s’est aggravée. En plus de cette raison, la Libye n’a pas été conviée par la Mauritanie, pays organisateur de la rencontre, d’autant que les relations entre Tripoli et Ndjamena (Tchad) se sont détériorées depuis l’éclatement de la révolution en Libye en février 2011.

Lire la suite sur Le Jeune Indépendant