Les affrontements qui ont repris à Ghardaïa sont très violents et on déjà fait trois personnes samedi  au cours d’affrontements 15  mars. Une quatrième personne a également été gravement blessée et se trouve actuellement dans un état critique. 

Les trois victimes « ont été atteintes par des objets contondants » en début de soirée, a précisé l’APS qui cite le directeur de la santé de la préfecture locale. La scène s’est produite au cours de rixes entre jeunes mozabites et chaâmbas près du quartier d’Hadj Messaoud l’un des plus perturbés de la ville de Ghardaïa. Durant le dernier conflit de janvier c’est là-bas qu’avait également eu lieu de violents affrontements. Deux des victimes frappés par ces objets contondant sont mortes sur place, alors que la troisième est décédée de ses blessures à l’hôpital Trichine. Une quatrième personne également blessé est encore dans un état critique.

Cette soudaine montée de violences, prouve que le conflit de début de début d’année avait été superficiellement réglé. Puisque seulement en quelques jours une soixantaine de personnes a été blessée d’après l’APS et on compte déjà 3 morts. Depuis mardi Ghardaïa est à nouveau à feu et à sang alors que les Mozabites avaient regagné leurs domiciles et que l’important effectif policier déployé justement pour protéger la ville avait été réduit. En effet 3000 policiers et gendarmes supplémentaires avaient été mobilisés pour calmer les tensions dans la région. Les derniers affrontements à Ghardaïa avaient fait au moins quatre morts parmi les Mozabites et plus de 200 blessés.

La rédaction avec agences