Le journaliste, blogueur et membre du mouvement « Barakat! » Meziane Abane a été finalement relâché par les gendarmes Mardi matin après avoir passé la nuit dans une cellule de la brigade de Bouzerane à Batna. « J’ai été relâché par le chef de la brigade mais j’en ai marre de cette situation. J’ai envie de crier : cessez de me harceler à cause de mon militantisme », a confié Abane Meziane lorsque nous l’avons joint au téléphone. 

Pour notre interlocuteur, il ne fait aucun doute que son arrestation s’explique uniquement par son militantisme en faveur des droits de l’homme et la démocratie en Algérie. « Je ne suis pas inscrit sur le fichier des personnes recherchées par le ministère de la Défense. C’est uniquement la DGSN qui continue à me harceler en maintenant mon nom sur leur liste des personnes recherchées. Je n’ai aucun problème avec le service national », explique encore ce jeune activiste qui ne cesse de subir de ennuis à chaque fois qu’il se déplace à travers l’Algérie.

Ce blogueur ne peut plus sortir du territoire national et se retrouve interrogé par la police à chaque fois qu’il descend dans un hôtel à l’extérieur de la capitale Alger. « Tout a commencé en décembre 2012 lorsque je suis rentré de Tunisie où j’ai assisté à une rencontre régionale qui regroupé plusieurs activistes et militants des droits de l’homme. Après avoir fait des déclarations dans des quotidiens nationaux, je n’ai plus cessé de subir des harcèlements policiers. Je suis fatigué et je veux qu’on laisse tranquille une fois pour toute », s’écrie-t-il enfin.

Notez cet article