L’homme d’affaire algérien Brahim Hadjas, ancien PDG de l’Union Bank, a été condamné, aujourd’hui, par le tribunal correctionnel de première instance de Sidi M’hamed à 5 ans de prison ferme assorti d’une amende d’un million de dinars pour «dilapidation de deniers publics au préjudice de la Banque d’Agriculture et de développement local (BADR)».

La BADR avait déposé une plainte il y a une dizaine d’années. L’inculpé a été condamné également à verser à la banque publique une indemnisation de 10 millions de dinars. Cette condamnation s’ajoute à celle prononcée par le Tribunal de Chéraga, pour une autre affaire mais liée toujours à l’Union Bank, celle d’ «atteinte à propriété foncière et participation à la dilapidation de deniers publics» – il s’agit des fameuses assiettes de terrain de Bouchaoui à proximité de Club des Pins – qui lui a valu une peine de 10 ans de prison ferme. Hadjas est poursuivi dans plusieurs affaires liées à la gestion de sa banque.

Le Tribunal de Bir Mourad Rais devra rendre un verdict dans une troisième affaire ce mardi 4 mars. La peine prononcée aujourd’hui fait suite au procès tenu le 9 février dernier et à l’issu duquel le procureur de la République avait requis 10 ans de prisons. Finalement, la juge Nesrine Zouaoui l’a condamné à 5 ans. Durant le procès Hadjas avait nié les faits. Pour rappel, l’ancien PDG de l’Union Bank a été condamné par défaut en 2007 à 16 ans de prison. Les autorités algériennes avaient lancés un mandat d’arrêt international. L’année passée il a été arrêté par Interpol au Maroc. Son extradition en Algérie s’est effectuée en décembre 2013.

 Elyas Nour

Notez cet article