La LADDH dénonce ce samedi 1er mars l’agression par des policiers du secrétaire général de leur section située à Chlef. Ce dernier aurait participé au rassemblement à Alger contre le 4eme mandat d’Abdelaziz Bouteflika. 

 « Mr Houari Kaddour  Secrétaire National chargé  des dossiers  spécialisés  de la LADDH, et président de la section de CHLEF de la Ligue Algérienne de défense des droits de l’homme ( LADDH), a été  agressé par les policiers », a indiqué en fin de matinée la LADDH, qui dénonce les arrestations musclées auxquelles ont procédé la police. A partir de 10h, plusieurs militants s’étaient donné rendez-vous face à la faculté centrale pour un rassemblement visant à dire non à la candidature d’Abdelaziz Bouteflika à la prochaine présidentielle. Parmi eux de nombreux militants de la LADDH ont été rapidement interpellé par la police, et certains emmenés de force dans l’un des commissariats de la capitale.

Ainsi « la LADDH Chlef dénonce cette répression, ces actes arbitraire et exige la libération de toutes les personnes. Le comportement du pouvoir indique que ce dernier se considère en état de guerre contre la population algérienne et qu’à ce titre  l’union la plus large doit se concrétiser pour débarrasser le pays des clans, quels qu’ils soient, qui entraînent le pays à la dérive. »

Environ une cinquantaine de personnes, dont des militants, des citoyens et des journalistes ont été arrêtés et amenés dans les commissariats de la ville. En début d’après-midi ils étaient 22 encore à être retenus par la police.

Notez cet article