Abdou-Semmar1

Oui, un jour j’irais voter. Oui, un jour j’irais voter en déposant un bulletin dans votre urne. Je vous exprimerais mon avis, mon choix et mon opinion. Mais ce jour-là vous ne devriez pas être là. Vous ne devriez pas être au pouvoir pour décider du destin de mon pays. Vous ne devriez pas légiférer sur ma vie en élaborant des lois sans me consulter et sans respecter mes intérêts.

J’irais voter oui. J’irais voter le jour où vous cesserez de faire de la fraude votre deuxième nature. J’irais voter le jour où vous laisseriez la justice prendre son indépendance. Je voterais parce que je saurais qu’il y a des juges à qui je peux me plaindre si ma voix est détournée. Je voterais parce que je pourrais vous poursuivre en justice quand vous trichez et mentez sur les résultats d’une élection. Je voterais lorsque je n’aurais aucun doute sur votre sincérité et transparence. Je voterais lorsque vous aurez le courage de respecter la volonté populaire. Je voterais lorsque vous accepterez l’émergence de cette nouvelle génération qui crie son droit à la démocratie, la liberté et le respect.

Je voterais un jour. Oui, un jour j’irais voter. J’irais derrière le rideau pour choisir l’un des candidats qui veulent me ravir ma voix. Mais ce jour-là ces candidats devront être sérieux, crédibles et irréprochables. J’irais choisir l’un d’entre eux lorsqu’ils feront réellement de la politique sans s’associer aux décideurs de l’ombre. J’irais les écouter lorsqu’ils m’auront écouté. J’irais débattre avec eux lorsqu’ils auront accepté de débattre avec moi. J’irais voter pour l’un d’entre eux quand ils comprendront que la politique n’est pas une brève apparition le temps d’une campagne électorale. La politique n’est pas un simple meeting dans une salle fermée. La politique n’est pas un discours creux et des propositions fantaisistes imaginées sans aucun travail de terrain. Le jour où ces candidats comprendront cela, ce jour-là j’irais voter.

Oui un jour, j’irais voter. J’irais voter parce que j’aurais en face de moi de vrais politiciens, ou politiciennes, qui me parleront d’un projet de société, d’une vision du monde et de l’avenir de mon pays. J’irais voter lorsque quelqu’un parlera à mon âme, répondra aux préoccupations de mon esprit et répondra à mes inquiétudes. J’irais voter parce qu’on aura cessé de m’expliquer que de toute façon, c’est l’armée et le DRS qui décide. J’irais voter quand le Conseil Constitutionnel sera composé de sérieux juristes qui savent vérifier l’authenticité d’un certificat de bonne santé.

J’irais voter un jour. J’irais voter quand le ministère de l’Intérieur cessera d’organiser l’élection, sélectionnera les candidats, surveillera le scrutin et annoncera les résultats. J’irais voter quand la société civile aura le droit de surveiller les bureaux de vote. J’irais voter quand un Président sortant me parlera au moins pendant plus de 15 secondes. J’irais voter quand je pourrais comprendre que ce mon Président me dit à la télévision sans recourir à un interprète spécialisé en langage codé.

Oui j’irais voter un jour. Le jour où les autorités de mon pays veulent me laisser m’émanciper et m’épanouir. Le jour où l’économie sera formelle et régulée. Le jour où les banques donneront des crédits aux investisseurs. Le jour où le ministre n’insultera pas son peuple. Le jour ou mon Premier ministre ne blaguera pas sur ma dignité. Oui, ce jour-là j’irais voter parce que j’aurais confiance en mon pays. Oui ce jour-là je voterais parce que vous ne serez plus là. Parce que ce jour-là vous serez dans l’au-delà où celui que vous ne pouvez pas corrompre vous jugera. Oui j’irais voter lorsque vous partirez définitivement de mon pays…

Notez cet article