Le journaliste et écrivain Mohamed Benchicou vient d’éditer un nouveau roman. Le livre, intitulé « La mission » est sorti en Algérie chez les éditions Koukou que gère le journaliste Arezki Aït-Larbi. 

En avant-première, l’éditeur algérien du livre a rendu publics quelques extraits qui donnent une nouvelle image de l’écriture du célèbre journaliste. On est en effet loin de la politique et des clichés véhiculés sur l’homme. Il s’agit d’une histoire d’amour mêlée à de la politique.

« Je m’appelle Johanna ! m’avait-elle dit, alors que je reprenais à peine mes esprits après le langoureux baiser qu’elle venait de me donner. J’avais pensé que c’était à la fois osé pour une première rencontre et diablement surpayé pour le service que je venais de lui rendre. Je n’avais fait, après tout, qu’intercéder entre elle qui désirait un chocolat chaud et Balthazar qui s’entêtait à lui imposer une quiche au fromage de chèvre », écrit l’auteur « des geôles d’Alger ». Plus loin, on peut lire un autre passage où la politique n’est jamais loin. « Je n’ai été amené à connaître Tatiana que parce que l’attaque de Tiguentourine est une affaire de fric, de luttes d’influence, de rivalités de pouvoirs, de toutes ces choses que l’on ne voit pas, dont on ne nous parle pas mais qui président à tout. »

Le livre sera disponible dans les librairies dans les tous prochains jours. L’éditeur précise que le livre de Benchicou sera disponible dans les autres régions du pays vers la fin de la semaine en cours. A lire !

Essaïd Wakli