L’engagement politique du rappeur algérien «Lotfi Double Kanon» est de plus en plus affirmé. S’exprimant sur le site Internet de la chaîne de télévision française France 24, celui-ci s’est dit contre la «réélection de Bouteflika».

Il vient, ainsi s’ajouter aux nombreuses personnalités, politiques, artistiques et autres qui n’admettent pas le fait que le chef de l’Etat, Abdelaziz Bouteflika, brigue un quatrième mandat, au moment où son état de santé ne le permet pas normalement. «Je suis contre sa réélection. Pour l’instant, j’attends de voir ce que vont proposer les autres candidats. Si un programme politique nous apporte une solution, je me rallierais derrière. En attendant, je n’entends organiser ni manifestation, ni boycott du scrutin. Je ne veux pas déstabiliser l’Algérie», a déclaré le chanteur contestataire.

Pour rappel, Lotfi Double Kanon, est devenu «indésirable» en Algérie – plusieurs de ses concerts ont été annulés – depuis qu’il a fait sortir, au mois de décembre dernier, une chanson intitulée «Clash 2014» dans laquelle il s’en prend violemment au premier ministre Abdelmalek Sellal. Le rappeur met en exergue, dans son tube, les nombreuses bourdes de ce dernier. Double Kanon a déclaré, à ce propos, qu’il avait reçu moult menaces. «La seule solution pour toi, c’est de dire à la télé que tu es désolé et qu’on t’a payé pour chanter ça. Avoue que tu as fait une erreur», lui a-t-on dit selon lui dans une communication téléphonique. Le chanteur, qui ne fait pas l’unanimité, faut-il le dire, ne compte pas faire marche arrière. «Je ne veux pas de Sellal, je ne veux pas de cette image-là pour l’Algérie», a-t-il affirmé, avant d’ajouter : «Il est le reflet de la médiocrité qui gangrène mon pays».

Elyas Nour