C'est une importante victoire. Le jeune caricaturiste Djamel Ghanem a été relaxé par le tribunal d'Oran après un combat judiciaire qui a duré plusieurs mois. Accusé par son ancien employeur, La Voix d'Oranie, d'abus de confiance et surtout d'Outrage au Président de la République à cause d'une caricature jugée insultante à l'égard d'Abdelaziz Bouteflika, mais pourtant non publiée, Djamel Ghanem risquait jusqu'à 18 mois de prison ferme.

Fort heureusement, les juges du tribunal d'Oran ont fait preuve de bon sens. Ils ont prononcé la relaxe dans cette affaire qui a défrayé la chronique en Algérie et à l'étranger. Le jeune caricaturiste a été donc innocenté. "Nous avons gagné une importante bataille. Nous espérons maintenant que le parquet respectera cette décision de justice et ne fera pas appel dans les jours à venir. Le parquet devra entendre raison et respecter cette décision raisonnable", confie à ce propos l'avocat de Djamel Ghanem, Maître Youcef Dilem.

Advertisement

Pour rappel, une importante mobilisation s'est mise en place à la suite des poursuites judiciaires enclenchées par le quotidien régional La Voix d'Oranie à l'encontre de Djamel Ghanem. Même l'ONG Reporters Sans Frontières (RSF) avait dénoncé ces poursuites et réclamé la relaxe pour Djamel Ghanem. Aujourd'hui, la Justice algérienne a, semble-t-il, écouté tous ces appels à la raison.