ALGER- Une grève des cheminots lancée lundi à l’appui de revendications salariales continuait mardi à la mi-journée de paralyser le trafic ferroviaire, les négociations pour dénouer la situation étant toujours en cours, a constaté l’APS au niveau de la gare Agha, dans le centre d’Alger.

La gare Agha a ouvert ses portes, les trains, silencieux, sont tous à quais et les travailleurs sont en poste mais continuaient tous d’observer le mot d’ordre d’une grève « nationale et illimitée » lancée par leur syndicat qui revendique le versement de 36 mois de rappel sur salaires à 12.000 agents de la SNTF.

« Tout le monde est en poste, mais personne ne travaille. La grève, nationale et illimitée, continue. Nous ne reprendrons le travail que si l’entreprise répond favorablement à notre revendication », a expliqué à l’APS le secrétaire général de la section syndicale de la gare Agha, Abdelhak Boumansour.

Les négociations entamées lundi entre le syndicat des cheminots et la direction générale de la SNTF, qui devaient se poursuivre mardi, « n’ont pas encore abouti, provoquant ainsi la reconduction de la grève », a-t-il précisé.

Interrogé sur les moyens de débloquer la situation, M. Boumansour a répondu que le directeur général de la SNTF s’était engagé lundi lors des négociations, à soumettre la revendication de son personnel à la tutelle, le ministère des Transports.

Lire la suite sur Algérie Presse Service