Ghardaïa, l’une des villes enjeux de cette présidentielle commence à recevoir les candidats. Vendredi 28 mars Ali Benflis a rencontré les deux communautés de la ville de Ghardaïa à l’occasion de deux meetings donnés dans les quartiers de Metlili (chaamba) et Bounoura (mozabite).

Le candidat qui rencontré des notables des deux communautés a tenter d’approcher les mozabites comme les chaâmbis de la même manière. A son arrivée il a laissé sa voiture officielle pour suivre deux représentants arabes et un mozabite, et dans chaque quartier il a revêtu l’habit traditionnel. Ali Benflis a préféré la campagne de proximité dans la ville de Ghardaïa plutôt qu’un grand meeting comme il l’a pratiqué jusqu’à présent. Dans une ambiance plus spirituelle que festive, il a donné des discours très concis dans chacun des quartiers de la ville dans lesquels il a estimé que “l’Etat avait échoué” dans sa gestion du conflit inter-communautaire.

Advertisement

Il a rejeté en bloc la théorie “la main étrangère” donnée comme justification par l’Etat afin de se dédouaner de cet échec, a-t-il estimé. Analysant la crise dans la ville non pas comme communautaire, mais comme une faille dans “la reconnaissance de la citoyenneté”.

“Si je suis élu je viendrais à Ghardaïa et je n’en partirais pas tant que je ne trouverais pas la solution à vos problèmes”, a-t-il enfin promis. Il a en outre rappelé l’importance de scrutin et a appelé à venir voter le 17 avril.

Découvrez l’ambiance de la campagne électorale en vidéo :