Yasmina Khadra s’était fait discret après avoir été recalé de la course à la présidentielle. Il s’était contenté de reconnaître son échec à travers une lettre publiée sur son site de campagne. Ces derniers jours l’écrivain revient sur la scène médiatique à l’occasion de la sortie de son dernier livre et en a profité pour donner son avis sur ce scrutin.

Quelques semaines d’absence et la sortie d’un livre auront motivé Yasmina Khadra, candidat malheureux à la présidentielle algérienne de 2014 à sortir de son terrier. L’écrivain fait actuellement le tour des médias à l’occasion de la publication de son livre Qu’attendent les singes. Interviewé par un journaliste de la chaine Berbère TV, l’écrivain reconnait qu’il a « perdu » lors de cette élection. Il a expliqué que c’est « l’Oranie qui m’a fait perdre », en revanche « en Kabylie que j’ai été bien accueilli ». Lorsque le journaliste l’a questionné sur le mélange des genres – littéraire et politique – auquel s’adonne Yasmina Khadra, ce dernier a répondu que son lectorat l’observe mais ne le juge pas. S’il est contesté, d’après l’écrivain c’est parce que  » je crois que les gens me haïssent pour mon succès ».

.

Par ailleurs, l’écrivain Yasmina a également accordé ce weekend une interview vidéo au journal français le JDD dans lequel il s’attaque au 4eme mandat d’Abdelaziz Bouteflika.  Il juge que le président-candidat « manque de lucidité » et que « le 4eme mandat est le signal d’un régime mort-vivant », a-t-il déclaré. Le régime actuel ne cesse de répéter le même scénario car il a peur, « il ne veut pas reconnaître qu’il est fini », analyse l’écrivain.

Notez cet article