Abderrezak Makri prévoit une fraude massive lors de l’élection de jeudi prochain. Mais dans le cas contraire, le candidat Bouteflika ne passera jamais. « Si les élections seront libres, ils sera impossible à Bouteflika de gagner. Mais, les élections seront truquées et le président sera élu pour un 4e mandat », a déclaré le président du MSP lors d’une conférence de presse animée ce matin à Alger.

Plus que cela, le chef islamiste, qui s’est inscrit dans une coalition de boycott avec d’autres formations politiques, estime que les ingrédients de la fraude sont déjà là. Il s’agit de « l’utilisation des moyens de l’Etat au bénéficie du président candidat, la réquisition des travailleurs des entreprises et administrations publiques pour assister aux meetings des 7 mandataires du candidat du pouvoir et l’exploitation des média publics au profit du chef de l’Etat ».

Makri propose de dépasser la présidentielle et d’aller vers une « transition démocratique ». « Nous nous attendons à de nouveaux ralliements après la présidentielle. Nous allons vers une conférence nationale des forces de l’opposition pour sortir avec une plate-forme que nous allons soumettre au pouvoir. Si ce dernier accepte, c’est bon. Sinon, nous allons continuer à faire pression par tous les moyens légaux et pacifiques afin d’amener les autorités à accepter une vraie sortie de la crise », ajoute Makri qui précise : « Le pouvoir algérien est fou. Mais il a la chance de trouver en face de lui une opposition sage. Sinon, cela fait longtemps que le pays aurait sombré dans la violence ». Le président du MSP a indiqué, par ailleurs, que ses militants vont être présents dans tous les bureaux de vote pour donner les vrais chiffres de la participation au scrutin.

Essaïd Wakli