Ali Benflis délie la langue et annonce pour la première fois qu’il a remporté cette élection présidentielle, dans laquelle il a obtenu officiellement un score de 12 %. Dans une interview accordée au magazine français Le Point l’ex-candidat estime qu’il remportait l’élection « à plus de 50%. »

Il avait beaucoup accusé la fraude, les irrégularités ou le scénario d’un deuxième tour mais jamais Ali Benflis ne s’était déclaré vainqueur de la présidentielle qui a eu lieu le 17 avril. Dans les colonnes du journal Le Point Ali Benflis se lâche et désigne Abdelaziz Bouteflika et son cercle proche d’avoir manipulé ce scrutin. Il va même plus loin en expliquant qu’il devait être le vainqueur de cette élection.  « C’est moi qui ai été élu dans cette affaire. À plus de 50 %. Lorsqu’il a appris qu’il allait perdre l’élection, le président a pris l’administration et les grands services de l’État en otages. C’est lui qui a réparti les taux pour chaque candidat. C’est lui qui s’est auto-attribué le taux de plus de 80 %. J’assume tout ce que je dis », explique Ali Benflis au Point.  Et d’ajouter : « et on m’indique que j’ai obtenu 12 % ? C’est une honte ! Vous savez, il y a eu un viol constitutionnel, puis un viol de la volonté populaire le jour de l’élection. Je ne reconnais pas les résultats.

L’ex-candidat estime que dans cette élection opaque où de nombreux cas de fraude ont été constatés, « le grand gagnant de cette affaire est la fraude, l’argent sale, et ces quelques organes d’informations qui ont pris fait et cause pour une candidature ».

Pourtant le jour de l’élection ni même le jour des résultats Ali Benflis n’a jamais déclaré que d’après les données qu’il détient, il s’estimait être le gagnant de cette présidentielle. Une question que son interviewer lui a posé, pourquoi ne s’être jamais déclaré gagnant ? « Je n’ai pas annoncé mon succès avant la proclamation des résultats car j’estimais que ce n’était pas ce qu’il fallait faire, tout simplement. Mais je sais que j’ai gagné l’élection, et je sais qu’ils l’ont perdue. Le gagnant, c’est le pouvoir absolu et rien d’autre », s’est justifié Ali Benflis.

L’ex-candidat qui a annoncé vouloir créer son propre parti politique devient de plus en plus virulent dans ses interventions dans les médias.

Lire l’intégralité de l’interview ici