Ali Benflis a réagi aux résultats définitifs de l’élection présidentielle donnés par le Conseil Constitutionnel mardi soir. Lors d’une conférence de presse donnée à son ancien QG de campagne le candidat a  affirmé qu’il ne reconnaissait pas ces résultats, entachés par la fraude. Il accuse le Conseil Constitutionnel de cautionner cette élection frauduleuse. 

Ali Benflis a tiré à boulets rouges sur le Conseil Constitutionnel après que ce dernier ait rendu public les résultats officiels de l’élection présidentielle. Une fois de plus le candidat malheureux a clairement refusé de reconnaître ces résultat estimant qu' »il [le Conseil Constitutionnel ndlr] vient de cautionner la fraude à grande échelle qui a entaché ces élections ». Le candidat arrivé deuxième lors de cette élection a accusé l’institution d’avoir été de connivence avec Abdelaziz Bouteflika. Il a notamment accusé trois membres de cette institution d’avoir participé à la campagne électorale en faveur du Président.  Interrogé par sur les noms des trois membres du Conseil Constitutionnel qu’il accuse, Ali Benflis a refusé de nommer qui que ce soit, mais a indiqué « je cite rarement des noms […] mais vous devinerez facilement qui sont ces membres en cherchant ». Il s’est également interrogé sur la nomination de Mourad Medelci, un proche d’Abdelaziz Bouteflika à la tête de cette institution.

Le Conseil Constitutionnel au service d’Abdelaziz Bouteflika

Ali Benflis qui dénonce une fraude massive depuis le 17 avril a réitéré ses soupçons après que le Conseil Constitutionnel ait rejeté tous les recours dénonçant des irrégularités. Ali Benflis a notamment rappelé que le Conseil Constitutionnel est au service du clan présidentiel, en s’étonnant à nouveau de la validation de la candidature d’Abdelaziz Bouteflika notamment en raison de sa maladie ou encore des 4 millions de signatures qu’il a obtenu en quelques jours pour déposer sa candidature. « Ce n’est pas la première fois que cette institution s’écarte de sa mission de défense de la constitution  et de la légalité. Déjà en 2008 cette institution à cautionné sans état d’âme le viol caractérisé de la Constitution qui a supprimé la limitation de mandats » a dénoncé Ali Benflis.

Ali Benflis s’estime vainqueur de l’élection

Ali Benflis et son équipe ont donc rédigé un rapport intitulé « le livre blanc » dans lequel est concilié tous les incidents et irrégularités de ce scrutin. Il a brandi ce livre devant la presse affirmant qu’ « il sera mis sur Internet pour que chaque algérien puisse le consulter ». Un rapport détaillé qui permettra de prouver que « je suis le vainqueur politique et moral de ce scrutin présidentiel » a-t-il déclaré. « J’ai vu de l’intérieur comment cela s’est déroulé. La fraude a faussé l’élection », a-t-il insisté estimant qu’en réalité il a obtenu « 3 millions de voix » sur « 6 millions de participants et  non 1,2 million comme l’a annoncé le Conseil Constitutionnel, faisant de lui le vainqueur avec 50 % des suffrages exprimés. Toutefois le candidat s’est contenté de dénoncer et ne compte pas engagé de poursuites judiciaires estimant que la justice serait également partisane.

Agir politiquement

Ali Benflis est également revenu sur son projet de création de son parti politique qui prônera une « refondation » du système politique, et qui luttera « pour les droits de tous les algériens ». Ce dernier a engagé les démarches légales, toutefois il n’a pas indiqué qui sera membre de son parti, il sera soutenu par son pôle des « forces du changement » récemment créé. Il a également indiqué qu’il rencontrerai le front du boycott pour réfléchir à cette alternative politique.

Notez cet article