L’élection présidentielle algérienne a débuté officiellement à travers tout le pays. Les bureaux de vote ont ouvert leurs portes à 8 H du matin dans toutes les wilayas. 

Selon les chiffres officiels communiqués par les autorités algériennes, 23 millions d’électeurs algériens, inscrits sur les listes électorales, sont appelés à élire le nouveau président de la République pour un mandat de cinq ans. Ils devront choisir entre Abdelaziz Belaïd, Ali Benflis, Abdelaziz Bouteflika, Moussa Touati, Louisa Hanoune et Ali Fewzi Rebaïne. D’après les dispositions de la loi électorale, l’ouverture des bureaux de vote est fixée à 8H00 et la clôture à 19 H 00.

19 H 30 : Ali Benflis refuse toujours de reconnaître les résultats de cette élection présidentielle et affirme qu’il a perdu uniquement à cause de la fraude massive. « Cette fraude bénéficie à quelqu’un qui n’a pas la capacité physique degérer les affaires du pays. Le peuple va le constater. L’Algérie sera gérée par procuration. Ce qui constitue une menace contre la stabilité du pays. Le changement sera imposé à travers une résistance forte de la part du peuple, avec l’appui d’une force politique pacifique et unie », a déclaré Ali Benflis lors d’une conférence de presse animée à sa direction de campagne. Benflis estime également que la fraude était tellement « massive »  que même Staline « n’aurait pas fait mieux ».

19 H 00 : Ali Benflis refuse toujours de reconnaître les résultats de cette élection présidentielle et ne reconnaît aucune défaite. En revanche, il a assuré qu’il continuera à occuper la scène politique et a annoncé au cours d’une conférence de presse qu’il va créer son propre Mouvement d’opposition politique afin d’oeuvrer pour le changement.

18 H 52 : « L’état de santé de Bouteflika s’améliorera et ses capacités sont encore puissantes », a rassuré Sellal lorsqu’il a été interrogé sur la capacité d’Abdelaziz Bouteflika à aller jusqu’au bout de son 4e mandat.

18 H 40 : « L’Algérie surtout besoin de paix », fait savoir Sellal et demande à Benflis d’accepter le jeu démocratique.

18 H 38 : « Nous ferons tout pour préserver la stabilité », répond Sellal lorsqu’il a été interrogé au sujet des déclarations d’Ali Benflis qui a refusé de reconnaître sa défaite et dénoncé jeudi soir « un crime contre la nation » à cause de la fraude massive opérée dans cette élection présidentielle.

18 H 33 : « Il faut du temps pour tout. Nous n’avions pas la 3 G auparavant et maintenant, on se dirige vers la 4 G », précise encore Sellal au cours de sa conférence de presse.

18 H 30 : Il n’y a pas eu de fraude, selon Sellal qui dément toutes les accusations de fraude formulées à l’encontre du camp Bouteflika. « Nous sommes dans un pays civilisé », a-t-il dit avant de reconnaître qu’il « y a eu juste quelques irrégularités ».

18 H 28 : Sellal tente de rassurer les Algériens au sujet de la conjoncture économique des 5 prochaines années en soulignant que de « nouveaux gisements de pétrole ont été découverts ». « Le gaz de schiste est aussi une solution », rassure Sellal qui veut faire croire que l’Algérie restera encore prospère.

18 H 25 : « Nous devons entamer de nouvelles réformes fortes pour améliorer notre pays », promet encore l’ex Premier Ministre.

18 H 23 : « Le programme de l’AADL, c’est nous qui l’avons réactivé », se vante Sellal qui donne quelques indications économiques pour prouver au cours de sa conférence de presse que « Bouteflika a fait beaucoup de choses » pour l’Algérie.

18 H 20 : La victoire de Bouteflika s’explique selon Sellal par son programme ambitieux qui englobe tous les aspects de la vie des Algériens et réponds à leurs préoccupations, a-t-il dit.

18 H 15 : Selon Abdelmalek Sellal, le directeur de campagne d’Abdelaziz Bouteflika, cette victoire pour le 4e mandat est une « victoire contre la Fitna » qui menace l’Algérie. « Nous resterons toujours les enfants de Bouteflika », a-t-il encore affirmé lors d’une conférence de presse animée à l’instant au centre de presse international à l’hôtel El Aurassi.

17 H 10 : Cuisante défaite pour Louisa Hanoune qui n’a récolté que 1,37 % soit à peine 140.253 des voix ! Un score catastrophique pour une personnalité politique qui a participé à plusieurs élections présidentielles.

17 H 05 : « Bouteflika n’a jamais dit qu’il a bâti la ville idéale de Platon. Il n’a jamais dit qu’il était parfait. Il a uniquement fait de son mieux pour rendre l’Algérie heureuse ».

16 H 58 : « les partis politiques qui ont appelé au boycott sont libres. Nous vivons dans la démocratie en Algérie », a assuré Tayeb Bélaïz.

16 H 55 : « des mains étrangères cherchent à mettre en danger l’unité et la sécurité de l’Algérie. Dans ce contexte, un taux de participation de 51 % est considérable », a précisé encore Tayeb Bélaïz au cours de sa conférence de presse.

16 H 50 : « Nous n’acceptons aucune menace et l’Etat algérien saura comment répondre à toute personne qui osera enfreindre la loi et mettre en péril la sécurité du pays », a fait savoir Tayeb Belaïz en répondant aux questions qui lui sont posées à l’occasion de cette conférence de presse.

16 H 45 : Tayeb Bélaïz a défendu la transparence de cette élection présidentielle et jure que l’administration est restée neutre. « Ceux qui parlent de fraude, ce sont des mauvais perdants », a relevé encore le ministre en assurant qu’il ne vise aucun candidat avec ces propos.

16 H 35 : Abdelaziz Bouteflika est reconduit pour la 4e fois à la tête de l’Etat algérien après avoir remporté cette élection présidentielle avec un score de 81, 53 %. Bouteflika a battu son principal adversaire Ali Benflis qui arrive à la 2e position avec 12, 18 % des voix.

16 H 25 : L’élection présidentielle s’est déroulée dans de « bonnes conditions » même si quelques « incidents » ont été déplorés dans quelques régions, a fait savoir vendredi le ministre de l’Intérieur, Tayeb Belaïz, lors d’une conférence de presse animée à l’hôtel El Aurassi au cours de laquelle il a annoncé les résultats de cette élection présidentielle.

23H 07 : Les déclarations d’Ali Benflis lors de sa conférence de presse :

 « Les informations préliminaires en ma possession établissent l’existence d’une opération de fraude à grande échelle. Tout au long de cette journée de graves irrégularités m’ont été rapportées dans de grands nombres de wilayas. Celles-ci ses sont amplifiées au fur et à mesure de l’approche de la clôture des opérations de vote. Cette entreprise de fraude que nous avons relevée aujourd’hui est que l’ultime étape d’un processus entamé depuis fort longtemps avec l’instrumentalisation de tous l’appareil de l’Etat à des fins électoralistes. Le 17 avril restera dans les mémoires de cette génération et de celle des générations futures comme un autre rendez-vous manqué avec le changement et le renouveau. »

Alors qu’il continuait son discours, le bruit des feux d’artifices des partisans de Bouteflika résonnait dans la salle. « Cette date est un grand crime contre la nation » et a parlé de « confiscation de la volonté populaire ». « La fraude a de nouveau dépossédé notre peuple de son droit de choisir librement ses gouvernants. Dans la préparation de cette entreprise du détournement populaire rien n’aura été épargné à notre peuple. Ni l’intimidation ni la menace, ni l’insulte, ni le sentiment de peur. Je dénonce avec force ce véritable complot préparé et exécuté par des mains nationales contre la volonté souveraine de notre peuple, contre les intérêt vitaux de la nation et contre l’alternative démocratique »

Il a décliné en trois points ses intentions :

« Je dénonce avec force le recours à une fraude massive pour perpétuer le régime en place »

« J’annonce à tous mes concitoyennes et mes concitoyens que je ne saurai sous aucune forme et aucune circonstance accepter les résultats qui découleraient de cette entreprise frauduleuse. »

« Je m’opposerai de toute mon énergie à ce coup de force électoral et à cette fin j’utiliserai tous les moyens politiques, pacifiques ainsi que toutes les voix légales à ma disposition pour que prévale le choix souverain de notre peuple ». Il appelle également à une concertation de toutes les forces politiques qui dénoncent ce résultat. Il a surtout demandé à ses partisans de rester calme et de ne pas répondre aux provocations. Il a donné rendez-vous à la presse demain à 16 heures pour réagir à la déclaration officielle des résultats

23 H00 : En direct de la conférence de presse d’Ali Benflis : « Je ne reconnaîtrai jamais ce vote » a déclaré le candidat.

22 H 55 : Pendant ce temps les partisans d’Abdelaziz Bouteflika fêtent la victoire de leur candidat alors que les résultats officiels n’ont toujours pas été confirmés. Ils étaient peu nombreux mais ont commencé à sortir dès 21 h, à la fin du dépouillement dans les bureaux de vote, estimant que le Président allait renouveler son mandat.

22 H 50 : Ali Benflis entame sa conférence de presse à son QG de campagne quelques minutes après l’annonce des chiffres de . Il est accueilli par ses partisans qui crient « Benflis Président ». Le candidat est arrivé confiant avec un grand sourire.

22 H 45 : le ministre de l’Intérieur, Tayeb Belaïz, affirme que les résultats de cette élection présidentielle seront annoncés demain vendredi. Mais il a précisé que seul le Conseil Constitutionnel est habilité à valider ses résultats et les reconnaître. 

22 H 40 : le  ministre de l’Intérieur annonce officiellement un taux de participation de plus de 51 % à travers le territoire national.

22 H 10 : Le président du mouvement citoyen libre, Mustapha Boudina, l’un des principaux soutiens du candidat Ali Benflis, a annoncé publiquement au siège de la direction de campagne d’Ali Benflis que les résultats indiqués dans un document confidentiel du ministère de l’Intérieur parvenu aux candidats sont « truqués et faux ». « Nous allons rejoindre les citoyens dans les rues pour protester pacifiquement et sans violence », a-t-il encore annoncé en refusant de reconnaître une victoire du candidat Bouteflika.

21 H 45 : le staff de campagne de Benflis refuse de s’avouer vaincu et refuse de prendre en considération les résultats annoncés par le document confidentiel du ministère de l’Intérieur qui leur a été parvenu. « Rien n’est encore joué et le candidat Ali Benflis ne reconnaît aucune défaite. C’est encore très serré ».

21 H 30 : Le document affirmant la défaite de Benflis et la victoire de Bouteflika suscite une grande polémique sur les réseaux sociaux. Il annonce  un taux de participation aurait atteint les 64 %. S’agit-il d’un document officiel authentique ? Nous attendons toujours la confirmation du ministère de  l’Intérieur.

21 H 15 : Panique à la direction de campagne d’Ali Benflis. Une probable fuite au ministère de l’intérieur a permis de révéler un document confidentiel qui affirme que Bouteflika sera crédité d’un score de 51 % alors qu’Ali Benflis ne recueillera que de 39 % des voix. Selon ce document parvenu à la direction de campagne de Benflis à 20 H 30 pas moins de 14 millions d’Algériens ont voté aujourd’hui à travers tout le pays.

20 H 35 : les partisans de Bouteflika commencent à défiler dans les rues d’Alger et assurent qu’ils ont gagner l’élection présidentielle. De nombreux cortèges sillonnent Alger en enchaînant les klaxons.

20 H 15 : « On ne va pas se laisser faire. Nous allons protester pacifiquement contre la fraude. Mais sachez que nous sommes des hommes non-violents », a fait savoir à Algérie-Focus, le directeur adjoint de campagne et chargé de la communication d’Ali Benflis, Lotfi Boumghar.

20 H 00 : Les opérations de vote pour l’élection présidentielle ont pris fin jeudi à 20h00 dans toutes les wilayas du pays, où le taux de participation a atteint 37,04 % à 17h00 au niveau national. L’opération de dépouillement a, aussitôt, commené.

19h50 : Les déclarations d’Amar Saadani à notre confrère TSA vise « en réalité à préparer l’opinion publique à un éventuel hold-up électoral », affirme Abdelkader Sallat le directeur de campagne d’Ali Benflis dans un communiqué parvenu à notre rédaction. Ce dernier appelle tous les citoyens à la « vigilance ».

19H45 : La direction de campagne du candidat Ali Benflis revèle à Algérie-focus que l’ensemble des lignes téléphoniques de leur QG de campagne ont été coupées. Même la ligne du bureau personnel d’Ali Benflis a été suspendue. Il est donc impossible d’utiliser Internet dans les bureaux du staff de Benflis.  Le staff de campagne de Benflis soupçonne ainsi une mesure arbitraire visant à les empêcher de rendre public des informations compromettantes concernant les résultats de cette élection présidentielle.

19 H 15 : Le taux de participation a atteint les 37,04 % au niveau national à 17 H, annonce le ministre de l’Intérieur, Tayeb Bélaïz.

19 H 05 : Le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales a annoncé la prorogation de l’opération de vote d’une heure, soit jusqu’à 20 H 00, dans 590 communes de 36 wilayas du pays.

18 H 22 : Questionné  sur les accusations de fraude Madjid Bekkouche le chargé de presse de l’équipe de campagne d’Abdelaziz Bouteflika a apporté une réponse pleine d’ironie : « Oui c’est fondé les citoyens sont en train de mettre plein de bulletins dans les urnes, ils sont en train de les remplir ». Ajoutant : « où sont leurs preuves à l’heure ils pourraient les apporter. Benflis dit qu’il a des millions de personnes derrière lui mais où sont-ils ? Alors il faut qu’il arrête avec ses propos de merde » s’est énervé le chargé de presse. « Ce sont les propos d’un noyé. Il ne sait pas nager et ils nous accusent de se noyer ». Pour le responsable, l’élection est transparente et tout se passe bien, « les gens qui se sont allés voter sont habitués à  le faire. Ils le font pour la sécurité et la stabilité de leur pays ». Le chargé de presse a indiqué que le taux de participation a été estimé à 9,15 % à 10 heures du matin soit le double de 2009 à la même heure. Il s’est dit très satisfait, ajoutant qu’une tendance devrait se dégager d’ici 20 heures.

18 H 00 :  « Bouteflika va remporter ces élections avec 63% à 65% des suffrages exprimés.  Nous sommes très confiant et sûrs de la victoire », prophétise le secrétaire général du FLN, Amar Saâdani dans une déclaration à notre confrère Tout sur l’Algérie. 

17 H 15 : Le camp de Bouteflika se prépare à fêter sa victoire, a-t-on appris de plusieurs sources concordantes. Au FLN, au MPA et au RND, ils préparent d’ores et déjà les défilés et assurent qu’ils seront les gagnants de ce soir. Notre confrère Tout sur l’Algérie, « le FLN a prévu un cortège d’au moins 1 000 véhicules pour des défilés à Alger, ce jeudi soir et demain vendredi ».

16 H 15 :  Même à Tin Zaouatine, une localité située tout près de la frontière du Mali, dans la wilaya de Tamanrasset, des représentants du candidat Abdelaziz Bouteflika ont tenté de bourrer les urnes en les remplissant avec leur bulletins. Les observateurs présents dans le bureau de vote de cette localité ont empêché cette opération de fraude en refusant catégoriquement de la cautionner.

15 H 55 :  le taux de participation à l’élection présidentielle au niveau national a atteint 23,25% à 14 h 00, a annoncé jeudi à Alger le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Tayeb Belaïz. Pour rappel, le taux de participation était de 9,15 % à 10h, avait annoncé M. Belaïz dans la matinée.

15 H 15 : un certain monsieur Mihoubi a voté 3 fois pendant cette journée électorale dans le bureau de vote numéro 2 de la commune Sidi Abdelkhader. Il s’agit d’un cas de fraude avéré, dénoncent les représentants du candidat Ali Benflis qui ont interpellé la commission nationale de surveillance des élections.

15 H 00 : Le représentant du candidat Ali Benflis dans le centre de vote de la Casbah, à Alger, a été agressé par une bande de jeunes portant des tee-shirts à l’effigie d’Abdelaziz Bouteflika. La victime a été hospitalisée et se trouve dans un état grave.

14 H 45 : A Batna, une voiture a été interceptée avec à son bord de nombreuses urnes bourrées de bulletins favorables à Abdelaziz Bouteflika, a-t-on appris de sources locales. Cette information nous a été confirmée également par les conseillers d’Ali Benflis.

14 H 30 :  La fraude a commencé d’ores et déjà dans plusieurs bureaux de vote dans les wilayas de Khenchela et Sétif, à l’est du pays, a-t-on appris de plusieurs sources locales. Ainsi, à Sétif ville, des observateurs des candidats concurrents à Abdelaziz Bouteflika ont été expulsés de quelques bureaux de vote et des représentants de l’APC et des autorités locales ont remplis des urnes avec les fameux bulletins 3, à savoir les bulletins de Bouteflika. A Khenchela, un chef d’APC a pris d’assaut un centre de vote pour remplir les urnes avec les bulletins du candidat de Bouteflika. Les observateurs présents dans ces bureaux ont constaté et dénoncé ces opérations de fraude. Des rapports détaillés ont même été adressés aux QG des candidats à l’élection présidentielle.

14 H 00 : « Nous avons tenté de manifester pacifiquement, mais ce sont les gendarmes qui ont lancé sur nous une grande quantité de gaz lacrymogène. Tout cela a commencé à 3 H du matin. La violence des gendarmes a poussé les habitants à réagir en caillassant et saccageant les bureaux de vote », témoigne Mohand, un militant et manifestant à Rafour dans la wilaya de Bouira où la situation demeure toujours très tendue. Selon cet interlocuteur, l’hélicoptère survole toujours cette localité où règne un véritable climat de guerre. « Si les gendarmes nous avaient laissé manifester pacifiquement en empêchant cette élection présidentielle que nous ne reconnaissons pas, il n’y aurait jamais eu cette flambée de violence », accuse encore Mohand selon lequel, les gendarmes ont lancé des bombes lacrymogènes sur les maisons. Pour sa part, la gendarmerie nationale n’a toujours pas commenté officiellement ces émeutes.

13 H 45 : Un climat très tendu règne dans les bureaux de vote des localités de Dekakna et Ouled Mendil, situées à quelques encablures de Douéra, dans la wilaya d’Alger. Des partisans du candidat Abdelaziz Bouteflika ont proposé de l’argent et des promesses de logements à des électeurs qui se sont rendus dans les bureaux de vote de ces deux localités, a-t-on appris de sources locales. Ces partisans ont montré publiquement leurs liasses d’argent pour corrompre des électeurs. Mais les observateurs des autres candidats sont intervenus pour empêcher cette opération de fraude et des bagarres ont failli éclater. Il aura fallu que des intermédiaires s’interposent pour ramener le calme.

13 H 20 : Les affrontements se poursuivent toujours à Rafour dans la wilaya de Bouira où les gendarmes font face à des émeutiers qui dénoncent la tenue de cette élection présidentielle et clament leur rejet d’un 4è mandat d’Abdelaziz Bouteflika. Selon un bilan provisoire, au moins 50 blessés ont été recensés jusqu’à cette heure-ci dans les rangs des gendarmes. 4 manifestants ont été aussi interpellés.

13 H 05 : Le directeur d’un bureau de vote est mort à dans la wilaya de Tébessa dans des circonstances troublantes. Mais les autorités locales parlent d’un tragique accident de circulation et ne fournissent pas davantage d’explications.

12 H 45 : un homme en possession de deux mille bulletins de vote en faveur du candidat Bouteflika a été arrêté jeudi matin à Alger-centre au niveau du quartier « Cadix ». Selon des sources locales, cet individu a été appréhendé par les citoyens qui n’ont pas voulu cautionner une opération de bourrage d’urnes. En effet, cet homme a tenté d’introduire ces bulletins supplémentaires dans le bureau de vote du CEM Taha Hussein, composé de 15 classes, pour truquer le résultat définitif à la fin de la journée de cette élection présidentielle.

12 H 30 : le mouvement « Barakat! » dément vouloir orgniser une action de  protestation demain vendredi comme l’a rapporté la chaîne de télévision Ennahar TV. « Toute personne prenant part à un rassemblement ou action ce jour là, et qui scandera le slogan « Barakat », n’engagera aucunement le mouvement Barakat, tout comme il n’est prévu aucune action le 18 avril 2014, comme l’ont véhiculés des médias de propagande bouteflikiens », expliquent les initiateurs de ce mouvement contestataire dans un communiqué parvenu à notre Rédaction.

12 H 10 : le taux de participation au niveau national a atteint les 9,15 % selon le ministre de l’Intérieur, Tayeb Belaïz. Malgré ce taux faible, le ministre s’est félicité de la « bonne affluence » des Algériens dans les bureaux de vote. Il a souligné aussi que cette élection présidentielle se déroule dans de bonnes conditions.

11 H 50 : le taux de participation vers 11 H n’a pas dépassé les 2, 66 % dans la wilaya de Tizi-Ouzou et les 6, 33 % à Béjaïa, a-t-on appris de sources proches du ministère de l’Intérieur. Pour l’heure, le taux de participation a dépassé les 10 % seulement à Béchar où 15 % des électeurs se sont déplacés dans les bureaux de vote à 11 H. A Tébessa aussi, on a enregistré un taux de participation à 11 %.  A Biskra, ce taux s’est stagné à 8 % et à Jijel à 6 %.

11 H 45 : à Béjaïa, au moins 19 urnes ont été brûlés par des habitants en colère à Ighil Ali, a-t-on appris de plusieurs sources locales.

11 H 30 : « Nous avons grâce à cette élection une véritable opportunité pour apporter un changement pacifique dans notre pays », a fait savoir jeudi le candidat Ali Benflis lorsqu’il s’est rendu dans un bureau de vote situé à Hydra, à Alger. 

11 H 10 : des personnes décédées sur des listes électorales dans plusieurs bureaux de vote à El Harrach, dans la banlieue d’Alger. C’est le constat qui a été dressé par de nombreux électeurs algérois qui ont été étonnés de voir les noms de leurs voisins, cousins ou proches décédés sur des listes électorales utilisées depuis jeudi matin dans des bureaux de vote dans plusieurs localités à l’instar d’El Harrach et le quartier de « Beaulieu »

10 H 55 : Le candidat Belaïd Abdelaziz a déposé son bulletin dans un bureau de vote situé à Kouba, dans la banlieue d’Alger. Dans une déclaration à la presse nationale, il a appelé les Algériens à venir en masser dans les centres de vote pour désigner leur futur Président.

10 H 50 : Louisa Hanoune s’est dit « optimiste » pour la suite des événements dans cette élection présidentielle et affirme qu’elle n’acceptera aucune annonce de victoire anticipée faite par un quelconque candidat, a-t-elle déclaré à la presse lorsqu’elle est partie voter dans un bureau de vote à Alger.

https://www.youtube.com/watch?v=vbEnI2l5GDA

10 H 38 : Abdelaziz Bouteflika s’est rendu, en chaise roulante, dans un bureau de vote à Alger, à El Biar, pour accomplir son devoir électoral. Les images qui ont été diffusées par la télévision publique algérienne le montrent avec son frère Saïd Bouteflika au CEM El Bachir El Ibrahimi à El Biar.  Pour l’heure, Abdelaziz Bouteflika n’a fait aucune déclaration à la presse.  

10 H 30 : Le candidat à l’élection présidentielle Moussa Touati a fait savoir jeudi matin lorsqu’il s’est rendu dans un bureau de vote à Médéa pour accomplir son devoir électoral qu’il s’attend à la tenue d’un deuxième tour dans ce scrutin présidentiel.

9 H 20 : A Haizer, une commune de la wilaya de Bouira, le vote massif des éléments de l’armée nationale et populaire a intrigué la population locale qui n’avait jamais vu autant de militaires dans sa localité. Mais pour l’heure, aucune anomalie n’a été signalée puisque les observateurs présents sur les lieux ont constaté qu’il s’agit des éléments d’une caserne située à quelques encablures de cette localité.

9 H 00 :  Des affrontements ont éclaté très tôt ce jeudi dans la wilaya de Bouira où des centaines d’habitants ont manifesté dans la rue pour empêcher le déroulement du scrutin présidentiel. Ainsi, à Rafour, une localité située à plus de 50 Km de Bouira, dés 5 H du matin des habitants en colère contre la précarité de leurs conditions de vie ont ravagé le centre de vote de leur agglomération. Des affrontements ont opposé plus tard ces émeutiers aux gendarmes. Pour l’heure, le bilan est de 30 blessés dans les rangs des gendarmes, a-t-on appris de sources locales. Au moins deux manifestants blessés ont été également recensés. Un autre centre de vote a été incendié dans la localité de Saharidj, toujours dans la wilaya de Bouira.

Notez cet article