L’ancien wali d’Oran, Bachir Frik, a jeté un nouveau pavé dans la mare. Invité d’une émission sur la chaîne de télévision privée EchoroukTv, l’ancien responsable a fait des révélations fracassantes sur la période où il était aux affaires.

L’ancien responsable a ainsi reconnu que les autorités avaient demandé aux walis de « récolter les parrainages » aux candidats Saïd Sadi et Noureddine Boukerouh lors des élections présidentielles de 1995. « Les autorités avaient le souci de bloquer la route aux islamistes », reconnaît encore Bachir Frik, qui a été jugé pour « détournement de biens publics ». Toujours concernant la présidentielle de 1995, l’ex wali d’Oran rapporte que c’était l’administration qui avait organisé les comités de soutien et la logistique pour la campagne du candidat au pouvoir de l’époque. L’invité raconte que lors de l’élection présidentielle de 1995, Lyamine Zeroual avait récolté 50% des suffrages dans la wilaya d’Oran contre 39% pour Nahnah. Mais « si les résultat était en faveur de Nahnah, on aurait agi autrement », reconnaît-il.

Deux ans plus tard, l’administration avait été appelée, également, à jouer un rôle. « Le RND a été créé par l’administration », révèle Bachir Frik qui explique que « le pouvoir était déçu par le FLN » qui commençait, à l’époque, à faire de l’opposition. Plus loin, Bachir Frik raconte comment Larbi Belkheir, ancien ministre de l’intérieur, avait demandé au wali de Jijel de donner au FLN la seule circonscription électorale restée en ballottage après le premier tour des élections législatives de 1991. Pourtant, le ballottage était favorable au parti islamiste. Mais, « l’Etat voulait freiner la victoire du FIS », explique Frik.

Une explication sur le déroulement de la fraude !

Essaïd Wakli

Notez cet article