Trois jours après le couac de traduction de la position de John Kerry sur l’élection présidentielle, l’APS se défend par voie officielle. L’agence de presse publique vient de publier un dépêche dans laquelle elle justifie et se dédouane de la déformation des propos du secrétaire d’Etat américain.

La dépêche du 3 avril concernant l’allocution de John Kerry lors du dialogue stratégique à Alger n’est que le résultat d’un malentendu indique l’APS ce samedi 5 avril. Quelques jours après la polémique selon laquelle l’APS a fait une erreur conséquente sur le discours de John Kerry, l’agence met les choses au clair :   « Nos journalistes présents ont travaillé sur la base de l’interprétation simultanée assurée par des interprètes américains lors de cette session. L’APS avait donc rapporté fidèlement l’interprétation faite en français (plus d’une fois d’ailleurs) selon laquelle les Etats-Unis « se réjouissaient de la transparence » de l’élection présidentielle »

Cette nouvelle dépêche intervient au lendemain d’une précision apportée par l’Ambassade américaine aux rédactions algériennes. En effet hier soir l’Ambassade a envoyé la version du discours de John Kerry en trois langues afin de mettre au clair cet imbroglio. Pour l’APS ce communiqué de l’Ambassade américaine est preuve de leur bonne foi. « Au demeurant, le département d’Etat américain lui-même le reconnait implicitement en adressant, aux fins de « correction » une version officielle de la transcription à l’intention de ceux qui ont « déjà écrit des articles basés sur l’interprétation simultanée (…) »,  peut-on lire sur l’APS.

Échaudée par les remarque et les commentaires qui ont circulé sur le web, l’APS a tenu à se défendre en indiquant que « la même source a également précisé que la version écrite n’était pas disponible au moment où M. Kerry l’a prononcée. L’agence nationale d’information (APS) n’a ni « travesti », ni « manipulé » ou encore moins « orienté » les propos du secrétaire d’Etat américain, comme qualifiés par des médias et confrères à travers des sites électroniques et réseaux sociaux. »

« L’agence a reçu jeudi après-midi de l’ambassade des Etats-Unis à Alger le transcript de l’allocution dans laquelle John Kerry exprimait la position de son pays vis-à-vis du déroulement de l’élection présidentielle en Algérie […] Pour l’APS, en l’absence d’une réaction officielle américaine, le prononcé (interprétation) faisait foi, comme il est d’usage dans tous les pays du monde. D’autant que le secrétaire d’Etat américain, John Kerry, maîtrise la langue française. »