C’est le général Hocine Benhadid qui le dit haut et fort. Cet ancien commandant de la mythique 8è Division blindée de l’armée algérienne a reconnu mercredi dans les colonnes du quotidien francophone El Watan qu’une bourgeoisie composée de 500 00 personnes domine et pille l’Algérie. 

Selon le général à la retraite Hocine Benhadid, cette bourgeoisie est assise « sur l’économie rentière » et  rêve « de soumettre la société à son diktat ».  Ce général explique également que cette « bourgeoisie parasitaire et arrogante » a profité des 20 milliards de dollars qui circulent dans l’informel. « Pour cette bourgeoisie estimée à 500 000 personnes, dont la majorité issue de l’informel, représenterait un danger réel et une force hégémonique. Là est le danger réel ! », s’indigne Hocine Benhadid lequel considère la prochaine élection présidentielle comme une élection « porteuse de dangers ».

Advertisement

« Si jamais la volonté populaire ne sera pas respectée, l’Algérie serait la risée du monde entier et entrera dans les annales de l’histoire de l’humanité pour avoir élu un Président qui aura fait une campagne politique par procuration et qui dirigera le pays par procuration », met en garde l’ancien commandant de l’unité blindée la plus puissante de l’armée algérienne. Hocine Benhadid estime enfin qu’il faut poursuivre en justice tous ceux qui utilisent la candidature de Bouteflika pour imposer le statu-quo. « Tous ceux qui s’acharnent aujourd’hui à vouloir coûte que coûte nous vendre cette image d’un Président très affecté, à utiliser un homme visiblement malade à des fins inavouables sont passibles de poursuites judiciaires pour non-assistance à personne en danger », relève-t-il en dernier lieu.