L’élection présidentielle du 17 avril dernier a eu un impact négatif sur le milieu des affaires algérien et encore plus sur le moral des patrons. Le dernier baromètre évaluant l’indice de confiance des chefs d’entreprise a été publié par le Forum des Chefs d’entreprise (FCE). L’indice a été au plus bas au courant du mois de mars. 

Faire campagne électorale n’est pas bon pour les affaires. Ce rendez-vous électoral a tout simplement compliqué la tâche des chefs d’entreprise algériens. Dans son baromètre du mois de mars, le FCE souligne une tendance bien négative, l‘indice de confiance des entrepreneurs a baissé de 6 points. Dans son rapport, l’organisation patronale explique ainsi cette tendance : « la hausse des stocks de la production d’une part et la stabilisation du niveau des commandes d’autre part, subies par les chefs d’entreprise durant le mois de mars 2014, période durant laquelle s’est déroulée la campagne pour les élections présidentielles du 17 avril 2014, ont eu pour effets de baisser l’indice de confiance global de 6 points par rapport à février 2014 et de ce fait, le positionner quasiment au même niveau qu’en janvier (-9 contre -10 en mars) ». Ce sont surtout les activités industrielles et manufacturières qui ont subi une stagnation de la production. Ces secteurs ont connu une hausse de leurs stocks qui ne parviennent pas à écouler. Autres secteurs à avoir souffert ces trois derniers mois « le BTPH et les Services [qui] enregistrent la plus forte baisse avec 50% et 46% » des commandes indique le FCE.

Renforcer le climat des affaires maintenant

A la question concernant l’évolution du climat économique général durant ces 3 derniers mois, les chefs d’entreprise interrogés ont donné une note globale de – 30. Un chiffre négatif qui donne un aperçu général du climat d’affaires, preuve également que le prochain gouvernement lorsqu’il sera mis en place a du travail à faire sur l’amélioration des outils et de l’environnement de travail pour les entrepreneurs. Les promesses d’allègement administratif et de promotion de l’entrepreneuriat devront être des chantiers prioritaires. Or Abdelmalek Sellal lors de sa conférence de presse du 18 avril, après l’annonce des résultats de l’élection a promis de travailler sur l’avenir des hydrocarbures en priorité,  reléguant au second plan le milieu des affaires. La rentrée de septembre devrait donner plus de visibilité quant aux objectifs de ce nouveau mandat présidentiel.

Le baromètre du FCE présente toutefois une lueur d’optimisme avec la tendance du niveau de production dans l’entreprise dans les 3 prochains mois à venir. Les patrons algériens après l’échéance électorale prévoient une reprise à la hausse et donnent à cette question une note positive de 89. Les chefs d’entreprise semblent y croire…

Notez cet article