Un communiqué qui jette de l’huile sur le feu à la veille de la fin de la campagne électorale vient d’être publié par l’équipe de campagne d’Abdelaziz Bouteflika. Elle accuse ouvertement ce samedi 12 avril Ali Benflis d’avoir orchestré les violences et incidents qui ont eu lieu durant leurs meetings. 

Pour la première fois le staff d’Abdelaziz Bouteflika nomme directement Ali Benflis, afin de désigner les responsables dans les débordements qui ont eu lieu lors des meetings donnés par les animateurs du président-candidat. « Nous prenons acte, ce jour de veille de fin de campagne, de la poursuite de comportements violents de la part de parties hostiles au déroulement serein et transparent de la campagne et de l’élection pour la présidentielle, et dénonçons les auteurs de cette violence qui émane de représentants du candidat à la présidentielle, Monsieur Ali Benflis », écrit l’équipe de campagne dans son communiqué publié aujourd’hui et relayé par l’APS.

« Nous avons des preuves »

Le staff avait déjà insinué précédemment que les pro-Benflis étaient derrière les événements perturbateurs de leurs meetings, mais cette fois il nomme le candidat rival et même il l’accuse de faits précis. Ali Benflis et son équipe sont accusés d’être derrière « l’incendie de Moudawama, la provocation d’agressions à l’arme blanche, l’intimidation de jeunes militants et de journalistes ».

Contacté par la rédaction d’Algérie-Focus, le chargé de presse du staff de campagne, Madjid Bekkouche explique que ce communiqué intervient après la découverte  » par des éléments à nous qui ont fait des investigations et des témoignages sur place », que les représentants d’Ali Benflis ont tenté de déstabiliser les meetings pro-Bouteflika. Le responsable au sein de l’équipe explique que la direction de campagne qui détient « des preuves » a tenu à « mettre en garde ». « Nous avons déjà publié trois communiqués pour prévenir, dans le deuxième il était insinué que le candidat Benflis pouvait être derrière ces événements, mais nous l’avons pas nommé afin de tempérer le climat », précise Madjid Bekkouche.

Il n’y aura pas de fraude

Ce sont « les appels et les discours un peu agressifs du candidat », qui ont convaincu les équipes de Bouteflika de publier ce dernier communiqué, explique M. Bekkouche. L’équipe d’Abdelaziz Bouteflika a notamment réagi à l’intervention télévisée d’Ali Benflis lors du débat sur l’ENTV dans lequel il prévient contre la fraude. « Le discours de Monsieur Ali Benflis, outre d’être porteur de menaces ciblées, s’attelle, depuis le démarrage de cette campagne, à semer le doute sur la transparence des élections, se posant de façon anticipée en victime de fraude, posant sa victoire comme inéluctable, malgré les signes, qui ne trompent pas, d’une débâcle électorale annoncée le concernant » écrit l’équipe.  Même discours chez M. Bekkouche qui estime que le clan Benflis  « dénonce une fraude qui n’a pas lieu et qui n’aura pas lieu. Ali Benflis sait très bien que la fraude ne peut avoir lieu car  il y a 5 représentants de candidats par bureau de vote ».

La direction de campagne d’Ali Benflis n’a pas encore réagi à ces attaques, mais elle compte répondre dans quelques heures à ces accusations par le biais d’un communiqué officiel.

Notez cet article