Menaces de mort, diffamation ou encore publication de photos intimes… Une violente campagne semble se dessiner contre ces opposants au 4e mandat. Sur les réseaux sociaux les critiques sont virulentes voire menaçantes. 

Des internautes algériens ont décidé de se mettre au « barakat bashing », soit l’action d’attaquer violemment des personnes. La première cible : des membres du mouvement « Barakat ! » à qui sont adressés de nombreuses insultes et menaces. « Il faut le tuer ce mec, quand on est ennemi de l’Etat, on est ennemi du peuple » écrit sans détour un internaute au sujet d’une photo de Zak Ostmane, un  militant actif au sein de Barakat. Une menace certes virtuelle mais qui recueille l’approbation des autres commentateurs.

Pis encore, certains internautes n’hésitent pas à rechercher des informations sur les comptes Facebook de ces personnes et à récupérer des photos personnelles pour les commenter sur des groupes publics ou des pages créées spécialement pour critiquer ces opposants au régime. A l’image de la page Facebook Barakat Escroquerie 2014 qui recueille plus de 4000 like. Sur cette page, on trouve des photos des membres de ce collectif avec des détails sur leur passé. La page partage de drôles suspicions parfois plus proches de la paranoïa que de la réalité…Il s’agit d’un épiphénomène pour le moment, mais la violence des propos de certains internautes font craindre le pire. Certains membres du mouvement sont allés jusqu’à désactiver leur compte Facebook afin d’éviter que l’on fouille dans leur vie privée.

Les dernières déclarations de l’équipe de campagne d’Abdelaziz Bouteflika au sujet de ce mouvement ne devraient pas arranger les choses. Dans un communiqué, le staff du président-candidat avait accusé le mouvement d’être derrière les émeutes de Béjaia qui ont fait une quinzaine de blessés et d’importants dégâts matériels.

Notez cet article