Le militant et blogueur Yacine Zaïd doit comparaître devant le juge pour une affaire qui l’oppose au richissime Djilali Mehri.

Le militant Yacine Zaïd a été convoqué, mardi, par le juge d’instruction de la première chambre du tribunal de Laghouat. Il devra se présenter devant le juge le 29 avril prochain. Dans la convocation, Zaïd a été présenté comme le « le responsable d’édition du journal électronique Yacinezaid.org ». Si le motif n’a pas été évoqué dans le document en question, le concerné a su par la suite que cette convocation concerne un article paru sur son blog, au mois de janvier dernier. Un article relatif à une affaire opposant, à Oran, une quarantaine de familles locataires au richissime Djilali Mehri, qui revendique la propriété de l’immeuble.

Plus de 40 familles menacées d’expulsion

C’est effectivement l’ex-patron de Pepsi et le Président de l’APC d’Oran, Noureddine Boukhatem qui ont déposé une plainte pour diffamation contre Yacine Zaïd. Dans l’article en question, Zaïd écrit que le maire d’Oran, après avoir effectué une visite express dans l’immeuble de Mehri, est reparti « sans s’inquiéter du sort de ces familles », menacées d’expulsion. D’après Zaïd, le maire s’est alors dirigé vers un restaurant de l’hôtel Royal d’Oran, qui est, faut-il le rappeler, la propriété de Djilali Mehri.

Le bureau d’Oran de la LADDH (Ligue algérienne de défense des droits de l’homme) s’est aussi saisi de l’affaire, apportant son soutien aux résident menacés d’expulsion. La Ligue révèle qu’un seul acte de propriété est en possession de Mehri et qu’il est daté de 2011. Or, les expulsions de familles vivant dans cet immeuble ont commencé bien avant cette date.

Elyas Nour