Revue de presse. La justice américaine enquête toujours sur Chakib Khelil et Saipem

0
160

Lu sur Le Quotidien d’Oran

Le ministère de la Justice américain a demandé à la Saipem, société spécialisée dans la recherche et les forages pétroliers, filiale du groupe italien ENI, des informations sur les affaires de pots-de-vin qui l’impliqueraient en Algérie, a indiqué, jeudi, le directeur financier de l’entreprise, Alberto Chiarini.

Le responsable de Saipem s’exprimait, lors d’une conférence téléphonique où il présentait le bilan financier de la société. «Ils nous ont adressé une demande d’informations sur l’Algérie» at- il déclaré en affirmant que la société Saipem était prête à collaborer avec la justice américaine.

Le département de la Justice américain, qui a conclu, en juillet dernier, avec Saipem un accord prolongeant de six mois le délai de prescription applicable à d’éventuelles infractions des lois fédérales américaines, commises par la société, en Algérie, semble ne pas vouloir tourner la page. Saipem – ou le grand groupe pétro-gazier italien détient 43% – est cité dans un scandale retentissant de versement de pots-de-vin, en Algérie, en contrepartie de l’obtention de plusieurs contrats d’une valeur cumulée de 11 milliards de dollars. Saipem a conclu, à la suite d’une «enquête interne» qu’il n’y avait aucune trace de malversations.

Mais la justice italienne continue d’enquêter sur l’affaire – devenue Sonatrach 2, en Algérie – qui implique l’ancien ministre de l’Energie algérien, Chakib Khelil, qui est établi aux Etats-Unis.

UN INTÉRÊT DÉJÀ EXPRIMÉ EN JUILLET DERNIER

Ce n’est pas la première fois que le département américain de la Justice manifeste de l’intérêt pour les «affaires» de Saipem, en Algérie. A la fin octobre dernier, Saipem avait indiqué qu’elle avait livré, en juillet 2013, au département de Justice américain, les résultats de son enquête interne sur les affaires de pots-de-vin versés en Algérie.

Des résultats transmis à la demande du département de la Justice américain qui montrait, pour la première fois, qu’il s’intéressait à l’affaire qui implique Chakib Khelil, sa femme et ses enfants. Même si Chakib Khelil a affirmé qu’il n’avait pas la nationalité américaine – assertion prise avec des pincettes à Alger -, la nationalité américaine des autres membres de la famille paraît établie. Le département américain de la Justice paraît, ainsi, s’intéresser à des affaires de corruption présumées, impliquant des «Américains».

En octobre dernier, Saipem avait indiqué ne pas avoir de «nouvelles demandes de renseignements» de la part des Américains. Cela est fait, désormais, signe que le département d’Etat n’est pas satisfait ou n’entend pas se contenter du rapport d’enquête interne de Saipem. Pour rappel, il s’agit d’une enquête aux résultats assez alambiqués. L’enquête, menée par des consultants externes, selon Saipem, avait indiqué ne pas avoir découvert de preuves sur des versements de pots-de-vin à des responsables algériens. Mais elle constatait néanmoins, sans que des détails n’aient été fournis, l’existence de violations de procédures internes.

Lire la suite sur Le Quotidien d’Oran