Lu sur LIBERTE

Incroyable mais vrai. Plus de 50 ans après la fin de la guerre de Libération nationale, le premier président de l’Algérie indépendante, Ferhat Abbas, continue, visiblement, de gêner. Sinon comment expliquer que ses ouvrages ont tout simplement fait l’objet d’un “zapping” lors de l’édition 2014 du Salon du livre de Paris, qui s’est tenu du 21 au 24 mars courant. Après avoir demandé des explications, en vain, le directeur d’Alger-Livres-Éditions a décidé de monter au créneau pour dénoncer ce qu’il soupçonne être “le zèle” de certains, une situation qu’il n’hésite d’ailleurs pas à qualifier d’“acte gravissime, car attenant à l’honneur d’une nation, à son histoire et à ses symboles”.

Notez cet article