Lu sur RTL

Le nouveau livre de Yasmina Khadra s’annonce comme un très bon roman policier avant de dépasser les frontières du genre pour flirter avec le thriller politique.

Le plus célèbre des écrivains algériens revient avec un nouveau roman coup de poing. Qu’attendent les singes démarre comme un bon polar avec la découverte, dans une forêt près d’Alger, du corps d’une étudiante, soigneusement maquillée, apprêtée mais un sein arraché, comme si elle avait été la victime d’un rite sacrificiel. La commissaire Nora Bilal va mener l’enquête.

Portait d’hommes sans foi ni loi

Avec Qu’attendent les singes, Khadra dépasse vite les frontières du genre. L’enquête de la commissaire Nora Bilal conduit au cœur du pouvoir algérien et le tableau qu’en brosse Khadra est glaçant, celui d’une clique de dirigeants sans foi, ni loi.  Dans l’ombre, les dirigeants spolient les richesses du pays. Ces usurpateurs historiques, comme les appelle l’écrivain,  mentent par nature, trichent par principe et nuisent par vocation.

Fausses pistes et coups tordus

Si Qu’attendent les singes a une indéniable dimension politique, Yasmina Khadra, en bon romancier, ne néglige jamais l’intrigue criminelle de la commissaire Nora Bilal ponctuée de fausses pistes, de coups tordus et de rebondissements.

Notez cet article