Les scandales rattrapent apparemment le secrétaire général du FLN (Front de libération national), Amar Saidani. Le journaliste français Nicolas Beau a révélé, aujourd’hui 15 avril, sur le site Internet «Mondafrique» que celui-ci est propriétaire de deux appartements à Paris, la capitale française, dont l’un est situé dans un quartier très chic, et d’un compte bancaire faramineux.

«Juste après sa désignation à la tête du FLN en septembre dernier, Saidani est venu à Paris pour dissimuler sa fortune : deux grands appartements parisiens, dont un sur l’avenue de la Grande Armée dans le 16ème arrondissement très chic de Paris. Ce dignitaire algérien possède surtout un compte en banque confortable, détenu dans une des premières banques françaises. Soit, d’après nos informations, 300 millions d’Euros. Mais que fait donc l’organisme français de lutte anti-blanchiment, Tracfin ? », s’indigne le journaliste qui ajoute : «Deux des enfants de ce dignitaire vivent à l’étranger (Paris et Londres) et sont chargés de rendre intraçable cette colossale fortune».

Celui qui avait dressé des attaques en règle contre le Général major Toufik, patron du service des renseignements, le DRS, est donc extrêmement riche. Une richesse qu’il doit aux postes à responsabilité qu’il a assumé puisqu’il est lié à une gigantesque affaire de corruption. A cet effet, M. Beau rappelle que le nom de Saidani «est intimement lié au scandale de détournement des fonds alloués à la Générale des Concessions Agricoles (GCA), des fonds estimés à 550 millions de dollars». Est-ce que c’est cet argent que le premier responsable du FLN a placé en France ? La justice devrait se pencher de nouveau sur cette affaire.

Saidani est la seconde personnalité, réputée proche du Chef de l’Etat, après Chakib Khellil, à être liée à une affaire de corruption.

Elyas Nour