Abdelaziz Bouteflika a rencontré ce samedi 12 avril le ministre des affaires étrangères espagnol José Manuel Garcia-Margallo y Marfil. Une entrevue retransmise à la télévision durant laquelle le Président algérien évoque le climat de la campagne électorale avec des mots très durs. 

Abdelaziz Bouteflika a dénoncé pour la première fois lors du Journal Télévisé de l’ENTV les conditions de la campagne électorale. Alors qu’il recevait le Ministre des Affaires Etrangères espagnol José Manuel Garcia-Margallo y Marfil en visite à Alger, le Président-candidat a expliqué qu’il  » y a eu des appels à la force » ou encore « des comportements pas très orthodoxes et pas très démocratique », lors des ces trois dernières semaines.

Son interlocuteur espagnol lui a répondu étonné « l’Espagne n’a pas remarqué une campagne tellement dure ». Toutefois Abdelaziz Bouteflika insiste lors de cet entretien : « il y a un code déontologique dont on ne doit pas s’écarter », indique encore le Président qui désigne clairement un candidat dans cette campagne. « Qu’un candidat vienne menacer les autorités. De faire attention à nos familles et nos enfants en cas de fraude ça veut dire quoi ? C’est du terrorisme à la télévision » a jugé Abdelaziz Bouteflika, faisant référence à Ali Benflis qui a dénoncé en direct à la télévision son intention de lutter contre la fraude électorale. Le Président n’a pas nommé le candidat Benflis, mais il est fort probable que ce soit lui qu’il ait ciblé. D’autant plus que son équipe de campagne a accusé à travers un communiqué Ali Benflis et son équipe d’être derrière les violences qui sont intervenues lors des meetings électoraux des animateurs d’Abdelaziz Bouteflika.

http://www.youtube.com/watch?v=cBZoOMA2I7U