Face à la menace terroriste de plus en plus grandissante aux frontières du pays, le ministère de la Défense organise la riposte. Le Général Major Ahmed Gaid Salah a réuni, mercredi de grands officiers de l’armée, de la gendarmerie et de la police afin de faire face à cette situation explosive.

Certaines sources, citées par le journal El-Khabar, expliquent que comme première décision, le Ministère de la défense nationale a pris l’option d’envoyer 5.000 hommes supplémentaires vers la frontière libyenne, notamment dans la région de la wilaya d’Illizi, où est présent un risque important d’infiltration de terroristes. A cela, le ministère de la Défense veut ajouter des moyens matériels de dernière génération.

En plus des hommes de troupes qui viendront soutenir les militaires qui sont déjà en place, le ministère de la Défense va déployer de nouveaux moyens de renseignements afin de parer à toute tentative d’agression, à l’image de ce qui s’est passé l’an dernier à Tiguentourine. Sur le plan pratique, le journal indique que le ministère de la Défense étudie la possibilité d’ériger cette wilaya en région militaire.

Il y a quelques jours et dans une première sortie médiatique, le porte-parole du ministère de la Défense, le Général Boualem Madi, avait affirmé que « la situation aux frontières » du pays est « préoccupante ». L’officier faisait notamment référence à la situation dans le Sud du pays.

L’armée fait souvent état d’opérations contre des groupes terroristes qui sont actifs dans les régions du Sud du pays. Ces opérations deviennent de plus en plus urgentes suite notamment à la dégradation de la situation en Libye.

Essaïd Wakli

Notez cet article