Toujours aussi critique envers le pouvoir, le président du RCD, Mohcine Belabbas a qualifié le gouvernement de Sellal de « pacotille » et les propositions concernant la révision de la Constitution de manque de sérieux.

« Le gouvernement d’union national voulu au départ a fait place à un gouvernement de pacotille sans programme et sans vision où l’essentiel de sa composante a été recruté parmi les clientèles de la justice », a déclaré le président du RCD, Mohcine Belabbas, dans un discours prononcé à l’occasion  de l’ouverture, vendredi, d’une session ordinaire du Conseil national de son parti à Alger. « Le projet de constitution adressé aux partis politiques confirme le manque de sérieux de la démarche et l’inconsistance des amendements proposés. Aucun problème fondamental n’a été abordé. Ce sont les mêmes acteurs responsables du viol de la constitution en 2008 qui avaient présenté la levée de la limitation des mandats comme une grande avancée démocratique qui expliquent aujourd’hui que le retour à la limitation des mandats présidentiels à deux est une exigence et un fondement essentiel de la démocratie », a encore ajouté Mohcine Belabbas.

Le jeune dirigeant politique a également expliqué que les priorités sont « ignorées ». Il s’agit du « passage de la verticalité du pouvoir à la séparation des pouvoirs, la réforme territoriale, l’officialisation de langue amazighe« .

Le RCD étant un des initiateurs de la Coordination nationale pour les libertés et une transition démocratique, il estime « qu’aucune personnalité et aucun parti politique ne peut à lui seul sauver l’Algérie », et qu’il « s’est engagé dans une dynamique d’échange, de convergence et d’action à travers la coordination pour les libertés et la transition démocratique ». Cette coordination a programmé une conférence nationale de l’opposition. Elle sera « l’occasion de définir et d’énoncer les cadres, méthodes et règles qui doivent prévaloir pendant la période de transition. Il s’agit désormais d’être de toutes les initiatives qui peuvent converger », indique Belabbas. Ce dernier s’est d’ailleurs félicité que des idées prônées par son parti sont devenues aujourd’hui « au cœur du débat public ».

La session du Conseil national du RCD se poursuit jusqu’à samedi.

Essaïd Wakli